Certaines entreprises tentent de former leurs employés à la fois, comme manager et leader, alors que certains considèrent ces deux fonctions nettement différentes. En réalité, la réponse reste insaisissable parce que les gestionnaires et les dirigeants politiques sont à la fois identiques et différents.

La distinction

Manager implique la gestion quotidienne du personnel et d’autres composantes d’une organisation, comme la logistique, la communication et le flux de travail. Le manager fait en sorte que les choses se passent en douceur de la manière la plus efficace possible.

Diriger est une question d’inspiration, une mission qui consiste à  envisager un avenir, un projet commun, une communication qui incite les autres à croire et participer à la réalisation de ce projet. Implicitement, les dirigeants, même en milieu du travail, ont des adeptes. Les gestionnaires techniquement, eux, n’en ont pas, du moins pas nécessairement.

leadership02

Il est intéressant de savoir si un gestionnaire gagnerait à se conduire comme un chef de file et vice versa. Au fond, ces fonctions sont difficiles à démêler dans la pratique. En d’autres termes, un gestionnaire qui ne peut pas, ou ne veut pas mener les hommes et les femmes de son organisation, n’est probablement pas un très bon chef d’entreprise. Et de même, un chef de file qui ne peut pas gérer au quotidien les tâches communes n’est probablement pas un leader efficace.

Dans la pratique, les acteurs du monde du travail veulent réussir à la fois comme gestionnaire et meneur d’hommes, au risque  de mélanger les pédales.

Un manager doit noter les chosent les plus importantes  et se concentrer sur l’impact qu’elles  pourraient avoir sur les autres. En fin de compte, le bon manager est celui qui sépare le bon des mauvais grains.

Le respect

La première chose qui diffère un bon gestionnaire et du simple leader est sa capacité de communiquer. A cet égard, alors que certaines personnes sont naturellement mieux dotées que d’autres, il existe un ensemble de compétences qui s’acquière par l’effort renouvelé, l’expérience et la pratique. La communication en milieu de travail est unique. Par conséquent, elle doit être abordée comme un langage qui nécessite un travail sur le long terme pour atteindre la fluidité.

Ensuite, le manager doit faire preuve de respect pour la personnalité et le sentiment des autres, quel que soit leur niveau dans l’organisation. Ceci est un principe très simple: Le respect engendre le respect.

leadership2

Se comporter à la fois comme un gestionnaire et un leader, implique que les autres travaillent pour la réalisation d’une vision unique. Savoir chaque instant comment les autres se sentent émotionnellement et psychologiquement vis-à-vis de leur supérieur hiérarchique, et par extension vis-à-vis de l’organisation, est ce qui détermine en fin de compte la qualité du travail en équipe. Si un ou plusieurs membres se sentent exclus, injustement traités ou maltraités, leur cœur et esprit ne seront pas sur place, et le travail sera au mieux médiocre, au pire horrible.

lechefEnfin, les dirigeants et les gestionnaires doivent être exigeants envers eux même avant et après tout. C’est la meilleure façon de façonner et de modéliser les comportements. Un dirigeant ou un gestionnaire qui dit une chose et fait autre chose, perdra la confiance et la crédibilité. Dans la foulée, il perdra la capacité à être efficace, à influencer les autres, à déplacer, attirer, tirer les individus et l’organisation vers le haut.