Dans un extrait d’une conversion, enregistrée en octobre 1971 et dévoilée le 30 juillet 2019 par la presse américaine, l’ex Président des États-Unis d’Amérique, Ronald Reagan, qui était alors gouverneur de la Californie, exprime sa frustration au Président Richard Nixon, après le vote par les Nations Unies, officialisant l’existence de la République populaire de Chine. « Il est inadmissible que ces singes des pays africains – ces damnés, toujours mal à l’aise dans leurs chaussures, aient permis ce vote! », peut-on entendre Reagan sur la bande, suscitant le rire approbateur du président Nixon.

Reagan et Nixon

Patti Davis, fille de l’ancien président américain Ronald Reagan, s’est aussitôt exprimée après la publication de cette conversation enregistrée rn 1971, dans laquelle son père traite des diplomates africains de « singes». Dans un éditorial paru le lendemain de la publication de cette conversation embarrassante, Madame Davis a écrit qu’écouter les propos racistes de son père l’ont fait pleurer. « Il n’y a pas de raisons valables, pas d’explication appropriée pour défendre ce que mon père a dit lors de cette conversation téléphonique enregistrée »

Mea culpa

Patti Davis affirme dans son éditorial qu’elle n’a jamais entendu son père faire des remarques semblables à celles enregistrées dans la bande sonore. «J’ai été éduquée et grandi dans un environnement où aucun sujet n’était tabou (…). A la maison le racisme et toutes les autres formes d’exclusion étaient des idées toxiques et sinistres qui devraient toujours être dénoncées et évitées», a-t-elle écrit.

Nancy et Ronald Reagan

L’ancien président républicain, Ronald Reagan, a occupé la Maison Blanche pendant deux mandats, de 1981 à 1989. Il est décédé en 2004. La mère de Davis, l’ancienne première dame Nancy Reagan, est décédée en 2016.

La première fille de Reagan, née en 1953, a également déclaré que si la cassette avait été diffusée alors que son père était encore en vie, elle est certaine qu’il « aurait cherché à réparer le mal que ses paroles avaient causé ».

«Je pense que si mon père avait entendu cette bande des années plus tard, il aurait demandé pardon», a-t-elle écrit. « Il aurait dit: » Je regrette profondément ce que j’ai dit- ce n’est pas ce que je suis.  »

A bien lire Madame Davis ont réalise que son bien aimé père fait partie de la longue liste des hommes politiques qui, en dépit de leurs idées racistes, ne se considèrent pas racistes.

Notis©2019

Par Sidney Usher