Le 17 septembre 1978, les dirigeants d’Israël et de l’Égypte concluaient un accord lors d’un sommet épique qui aboutit au premier traité de paix entre l’État juif et une nation arabe.

Les accords de Camp David, conclus au cours des journées de discussions à rebondissements, constituent un moment clé de l’histoire d’une région encore instable.

– Série de guerres –

En octobre 1973, l’Egypte et la Syrie lancent une attaque surprise contre Israël dans le but de forcer les dirigeants israéliens à libérer des territoires illégalement occupés depuis  1967.

La guerre du kippour (guerre du ramadan), la quatrième guerre israélo-arabe cesse à la suite d’un cessez-le-feu imposé par le Conseil de Sécurité de l’ONU sur les pressions des États-Unis et de l’Union soviétique

L’Egypte accepte d’assister à la conférence de paix convoquée en décembre à Genève sous les auspices des États-Unis et de l’Union soviétique. La conférence réunit, pour la première fois, les Israéliens et les Arabes pour des négociations directes. Les Syriens et les Palestiniens n’y assistent pas et la réunion est ajournée.

– Premier leader arabe en Israël –

Le 9 novembre 1977, le président égyptien Anwar Sadat annonce – à la surprise générale – qu’il est prêt à se rendre en Israël pour donner une chance à la paix.

« Je suis prêt à aller au bout du monde si cela peut empêcher la violence, encore moins le meurtre, d’un soldat ou d’un officier », dit-il.

Après avoir reçu une invitation officielle du Premier ministre israélien, Menachem Begin, Sadate arrive à Jérusalem le 19 novembre, effectuant la première visite d’un chef d’Etat arabe dans la nation juive.

Sadate serre la main de l’ennemi israélien et appelle à une « paix juste et permanente » dans toute la région.

Mais il faut encore 10 mois d’échanges diplomatiques intenses avant que de nouvelles négociations puissent avoir lieu.

– Accord à Camp David –

En août 1978, Carter invite Sadate et Begin à se rencontrer aux États-Unis. Leur sommet débutera le 5 septembre à Camp David, dans une annexe Présidentielle, à 100 kilomètres de Washington, dans une zone boisée avec une vingtaine de chalets.

Pendant 13 jours, les trois hommes d’Etat, entourés de leurs conseillers diplomatiques et militaires, sont coupés du reste du monde.

Ils esquissent et discutent 23 versions d’un éventuel accord de paix, faisant d’innombrables révisions.

Les négociations se poursuivent dans la nuit et parfois le sommet est au bord de la rupture. Carter fait des allers-retours constant entre Sadate et Begin.

– Étreinte chaleureuse –

Sadat et Begin signent les accords de Camp David le 17 septembre. Les deux ennemis s’embrassent, étonnant le monde.

Les accords sont constitués de deux documents: le « Cadre pour la paix au Moyen-Orient », qui définit les bases d’un accord de paix entre Israël et ses voisins arabes et le « Cadre pour la conclusion d’un traité de paix entre l’Égypte et Israël ».

On y trouve des « lettres d’accompagnement » confirmant que l’Egypte et Israël sont toujours en désaccord sur le statut de la ville sainte de Jérusalem et sur l’avenir de la Cisjordanie et de la bande de Gaza.