La technologie numérique a brouillé la ligne de séparation entre le temps du travail et le temps libre. Les employeurs ont profité de cette nouvelle donne pour exploiter leur personnel, même en dehors des heures de travail (au-delà du trajet entre le lieu du travail et le lieu du domicile, vice versa). La forme la plus commune de ces « heures supplémentaires » se manifeste par le contrôle régulier des e-mails professionnels à des heures souvent tardives.

Beaucoup d’employeurs encouragent la veillée autour des emails, parce qu’ils croient qu’elle augmente la productivité. Mais, une nouvelle étude suggère le contraire : « lorsque l’employé retourne au travail le lendemain, il est fatigué et moins productif », écrivent les auteurs. Selon les chercheurs de l’Université Lehigh, Virginia Tech et l’Université d’État du Colorado (USA), pour être efficaces au travail, les employés doivent être déconnectés au sens numérique du terme, dès qu’ils quittent leur lieu de travail.

L’étude a établi une corrélation significative entre les heures d’attentes des courriers électroniques et l’épuisement émotionnel des employés. L’étude fait également le point sur l’introduction des technologies numériques dans le monde du travail. Le bilan globalement négatif pour la santé des employés : « initialement présentée et vantée comme un outil pour rendre la vie plus facile au travail, la technologie numérique a tout simplement alourdi les tâches des employés. Elle fonctionne de telle sorte que les gens travaillent plus longtemps.

epuisement03

L’on pourrait reprocher à cette étude son échantillon relativement étriqué -à peine 300 adultes travaillant dans les secteurs de la haute technologie- mais, elle a le mérite de mettre en évidence l’importance de détacher mentalement et physiquement l’employé du travail. Ce facteur clé n’a pas été relevé par les études antérieures portant sur le temps passé par les salariés sur les courriers électroniques. Pour la première fois, un lien clair est établi en le stress, l’anticipation de la tâche et les réponses aux messages électronique.

« Cela donne à penser que les attentes organisationnelles peuvent endommager les ressources des employés, même lorsque le temps réel n’est pas nécessaire parce que les employés ne peuvent pas entièrement se déconnecter numériquement du travail », écrivent les chercheurs.

Certains gouvernements, comme celui de la France, ont anticipé les conclusions de cette étude en adoptant une loi mettant fin à l’obligation pour les employés de vérifier des emails professionnels pendant leurs jours de repos.

Notis©2016