Le bonheur peut prédire la santé et la longévité. C’est aussi un indice pour mesurer le progrès social, politique et économique d’une nation. Mais le bonheur n’est pas un don et personne n’a le monopole du bonheur.

Selon les scientifiques spécialistes du comportement, nous avons tous, quelque soit notre statut social, le pouvoir d’apporter de petits changements dans notre comportement et à notre environnement, qui peuvent nous aider à nous orienter vers une vie plus heureuse :

Combattre la négativité

Tous les êtres humains ont tendance à ruminer davantage les mauvaises expériences que les acquis positifs. C’est une adaptation évolutive et non figée, car trop s’attarder sur des situations dangereuses ou blessantes que nous rencontrons tout au long de notre vie (intimidation, traumatismes, trahison) n’aide pas forcément à les éviter et à réagir rapidement en cas de crise.

Il faut donc travailler en profondeur pour entraîner le cerveau à vaincre les pensées négatives. Voici comment y arriver:

*N’arrêtez pas les pensées négatives. En vous disant «je dois arrêter de penser à cela», cela vous poussera à y penser davantage. Au lieu de cela, maîtrisez vos soucis. Lorsque vous êtes dans un cycle négatif, reconnaissez-le. « Je m’inquiète pour l’argent » ; « Je suis obsédé par les problèmes au travail »…

*Traitez-vous comme un ami. Lorsque vous vous sentez négatif envers vous-même, demandez-vous quel conseil donneriez-vous à un(e) ami(e) en état de dépression? Puis, essayez de vous appliquer ce conseil.

*Défiez vos pensées négatives. Le questionnement socratique est le processus consistant à défier et à changer les pensées irrationnelles. Des études montrent que cette méthode peut réduire les symptômes de la dépression. L’objectif est de vous faire passer d’un état d’esprit négatif («j’ai un échec») à un état plus positif («j’ai eu beaucoup de succès dans ma carrière. C’est juste un revers qui ne reflète pas ce que je suis vraiment. Je peux en tirer des leçons et être meilleur. ”).

La pensée négative nous arrive à tous, mais si nous la reconnaissons et la mettons au défi, nous ferons un grand pas en avant vers une vie plus heureuse.

Maîtriser la respiration

Les avantages de la respiration contrôlée -pratique ancienne- sont réels. Des études ont montré, par exemple, que les pratiques respiratoires peuvent aider à réduire les symptômes associés à l’anxiété, l’insomnie, le trouble de stress post-traumatique, la dépression et le trouble du déficit de concentration.

Pendant des siècles, les pionniers du yoga ont utilisé le contrôle de la respiration, ou pranayama, pour favoriser la concentration et améliorer la vitalité. Bouddha a préconisé la méditation du souffle comme moyen d’atteindre l’illumination.

Réécrire son histoire

Écrire sur soi-même et sur ses expériences personnelles, puis réécrire son histoire, peut entraîner des changements de comportement et améliorer le bonheur. En effet, plusieurs études ont montré que l’écriture expressive peut, entre autres bienfaits pour la santé, améliorer les troubles de l’humeur et aider à réduire les symptômes chez les patients cancéreux.

Certaines recherches suggèrent qu’écrire dans un journal personnel 15 minutes par jour peut contribuer à améliorer le bonheur et le bien-être en général, en partie parce que cela nous permet d’exprimer nos émotions, de tenir compte de nos circonstances et de résoudre des conflits intérieurs. Nous avons tous un récit personnel susceptible de façonner notre vision du monde et nous-mêmes avec. Mais parfois, notre voix intérieure n’est pas bien comprise ou n’est pas audible.

En écrivant puis en réécrivant nos propres histoires, nous pouvons changer notre perception de nous-mêmes et identifier les obstacles qui entravent notre bien-être personnel. Le processus est similaire au questionnement socratique (référencé ci-dessus). Voici un exercice d’écriture: Écrivez une brève histoire sur la situation. « J’ai des problèmes d’argent ». «  J’ai de la difficulté à me faire des amis dans une nouvelle ville ». « Je ne vais jamais trouver l’amour ». « Je ne m’entends plus avec mon épouse »….

Maintenant, écrivez une nouvelle histoire du point de vue d’un observateur neutre ou avec le genre d’encouragement que vous donneriez à un ami : « L’argent est un défi, mais vous pouvez prendre des mesures pour  retrouver une santé financière ». « Tout le monde se débat dans sa première année dans une nouvelle ville ». « Donnez du temps au temps ». « Rejoignez des groupes d’amis ». « Ne vous concentrez pas sur la recherche de l’amour. Concentrez-vous sur de nouvelles personnes et amusez-vous. Le reste suivra. »

De nombreuses études montrent que l’écriture et la réécriture de votre histoire peuvent vous faire sortir de votre mentalité négative et vous donner une vision plus positive de la vie. Comme l’écrit James Pennebaker,  professeur de psychologie à l’Université du Texas (USA), pionnier de la recherche sur l’écriture expressive :  » je pense à l’écriture expressive comme une correction du cours de la vie. »

Bouger

Quand les gens se lèvent et bougent, même un peu, ils ont tendance à être plus heureux que quand ils sont immobiles. Une étude qui a suivi l’évolution des mouvements et de l’humeur des utilisateurs de téléphones portables a révélé que les personnes signalant le plus de bonheur si elles avaient bougé au cours des 15 dernières minutes sont plus heureuses que lorsqu’elles étaient assises ou couchées.

La plupart du temps, il ne s’agissait pas d’une activité rigoureuse, mais d’une marche douce qui produit une bonne humeur. Cependant, il n’est pas définitivement acquis que bouger rend heureux ou si les gens heureux bougent plus. Mais plusieurs études ont confirmé que plus d’activité physique va de pair avec une meilleure santé et un plus grand bonheur.

Pratiquer l’optimisme

L’optimisme est une partie génétique, une partie apprise. Même si vous êtes né dans une famille triste et lugubre, vous pouvez toujours trouver votre rayon de soleil intérieur.

L’optimisme ne signifie pas ignorer la réalité d’une situation désastreuse. Après une perte d’emploi, par exemple, beaucoup de gens peuvent se sentir vaincus et se dire: «Je ne m’en remettrai jamais.» Un optimiste reconnaîtrait le défi d’une manière plus optimiste, en disant: «Cela va être difficile, mais c’est une occasion, une chance de repenser mes objectifs de vie et de trouver un travail qui me rendra vraiment heureux. « 

Notis©2019

Par Mary Maz.