Les professionnels en informatique qui envisagent d’intégrer des données de drones, doivent se familiariser avec les nouveaux types les plus courants de données « traitées ». Il s’agit ici, non des données brutes, mais les données produites par le logiciel d’imagerie et autres dispositifs. Voici quelques exemples:

*« L’orthomosaïque »

C’est une photographie aérienne corrigée géométriquement («orthorectifiée») de telle sorte que l’échelle soit uniforme: la photo présente le même manque de distorsion qu’une carte. En règle générale, une orthomosaïque est un composite de photos individuelles qui ont été assemblées pour en faire une plus grande. Les photos individuelles constituant les orthomosaïques ont chacune leur propre géo-référence.

Les données traitées (le composite) correspondent à ce que les utilisateurs finaux souhaitent utiliser, mais ils peuvent également souhaiter connaître l’emplacement des données source si elles doivent être référencées ultérieurement. Dans ce cas, il est conseillé de revoir vos règles de conservation des données si les images source sont nécessaires pour évaluer les modifications au fil du temps.

*« La thermographie »

 Parfois appelée imagerie thermique, la thermographie utilise des caméras vidéo thermiques pour détecter les rayonnements dans le domaine infrarouge long du spectre électromagnétique. Les techniciens en construction de bâtiment et en maintenance peuvent voir les signatures thermiques indiquant les fuites de chaleur dues à une isolation thermique défectueuse et peuvent utiliser les résultats pour améliorer l’efficacité de leurs travaux.

*« La photogrammétrie »

La photogrammétrie est une technique qui utilise la photographie pour extraire des mesures de l’environnement. Ceci est réalisé grâce à des images qui se chevauchent, où la même caractéristique peut être vue sous deux perspectives.

Avec la photogrammétrie, il est possible de calculer des mesures de distance et de volume. Les techniciens utilisent ces sorties pour créer des «nuages ​​de points» ou des images 3D permettant par exemple de restituer un bâtiment ou de mesurer le volume d’un stock.

*«La détection de la lumière par laser»

La «télémétrie» est une méthode de télédétection qui utilise la lumière sous la forme d’un laser pulsé pour mesurer des distances (distances variables) avec la Terre. Ces impulsions lumineuses, combinées à d’autres données enregistrées par le système aéroporté, génèrent des informations tridimensionnelles précises sur la forme des objets et leurs caractéristiques de surface.

La précision des images par la méthode de «détection de la lumière» est étonnante (nous parlons millimètres), c’est pourquoi les géomètres et les ingénieurs en construction préfèrent cette technologie. Malheureusement les fichiers (images et vidéo) produits sont trop volumineux pour être traité par les fournisseurs de Big Data traditionnels.

Bien que l’automatisation puisse exploiter ces données et augmenter l’efficacité de l’analyse, les analyses d’images et de vidéos sont plus souvent effectuées par des équipes de spécialistes.

Notis©2019

Par Sidney Usher