Tout comme les « parents chasseurs de neige », les parents à hélices compromettent gravement l’avenir de leurs enfants. Comme des hélicoptères, ils  survolent chaque mouvement de leur progéniture, aussi bien à l’école qu’ailleurs.

Encombrement

Ces parents encombrants empêchent leur progénitures de grandir, c’est-à-dire devenir des femmes et hommes responsables.

Les enfants sous la surveillance permanente de leurs parents ont du mal à sortir du coton familial et donc restent des enfants à vie.   

Les parents à hélices occupent presque autant de temps que celui que les enseignants devraient consacrer à leurs enfants.

Dans un article publié dans le magazine d’éducation, «  Times Educational Supplement », Jane Lunnon, directrice d’un lycée de la haute bourgeoisie anglaise, Wimbledon High School, explique la « terreur » suscitée par les parents à hélices : « les pères et les mères trop attentifs utilisent WhatsApp et Skype pour écouter des conférences aux côtés de leurs jeunes élèves », écrit-elle. Ces parents encombrants sont «prêts à aider» à faire les devoir ou encore éditer leurs thèses pour s’assurer que leurs enfants  n’obtiennent pas de mauvaises notes dans leurs cursus.

Jane Lunnon exhorrte les familles à donner aux enfants plus d’indépendance à l’école et à l’université.

Etouffement

Dans un article publié dans le Times Educational Supplement en prévision de la conférence nationale sur l’état de l’enseignement national, elle insiste sur le fait de «rappeler aux familles le sens de la perspective».

Elle écrit: «Il y a des parents qui soutiennent leurs enfants dans leurs travaux universitaires; utilisant les merveilles de la technologie, telles que WhatsApp et Skype pour écouter les cours aux côtés de leurs enfants – prêts à participer à la rédaction de la thèse à venir.

Dans certaines contrées, «les parents qui s’investissent et veulent sauver leurs enfants de l’échec ont atteint un niveau effrayant. Les écoles, et même les universités, consacrent presque autant de temps à la gestion des humeurs des parents qu’à l’enseignement à leurs enfants ».

Certains parents n’hésitent pas à payer des enseignants pour les aider à comprendre les devoirs de leurs enfants. Le résultat est le suivant «les enfants sont tellement encombrés –submergés par la névrose de leurs parents- qu’ils ont du mal à devenir des adultes responsables », écrit Madame Lunnon.

«Ces adolescents n’ont aucune compétence pour créer leurs propres histoire, pour trouver leur voie et utiliser leurs propres voix, pour faire face à leurs propres déceptions, pour élaborer leurs propres plans ou concevoir leurs propres rêves. Cela va bien au-delà de l’école. »

Les enfants devaient être autorisés à « se faire leur propre opinion, à mener leurs propres batailles et à risquer de commettre leurs propres erreurs en cours de route », a-t-elle conclu.

Notis©2019

Par Sidney Usher