Selon un sondage réalisé par le centre de recherche dénommé le « Baromètre Arabe » (BA), le monde arabe abandonne de plus en plus l’islam, en réponse à l’islamisme.

Les résultats montrent que parmi les 25 000 personnes interrogées en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, les «non religieux» sont passés de 8% à 13% au cours des six dernières années.

Ce déclin de la religion islamique  est plus marqué dans les régions impliquées dans le Printemps arabe, notamment en Tunisie, en Libye et en Égypte.

Les données du BA montrent aussi la montée de la haine et le désir de vengeance contre les factions islamistes qui ont cherché à s’établir après avoir renversé des tyrans laïques.

Cependant, malgré la chute de la foi, il existe encore des attitudes largement dépassées à l’égard des femmes, de l’homosexualité et des «crimes d’honneur». La misogynie, l’homophobie et d’autres pratiques moyenâgeuses sont toujours monnaie courante dans le monde arabe. Des faits dégradants sont régulièrement rapportés par l’actualité et confirmés par plusieurs études sur cette région.

La majorité des habitants du monde arabe croient que les femmes ont le droit de siéger en tant que président ou premier ministre. Toutefois, dans la vie domestique, la majorité des maris estiment qu’un homme devrait avoir le dernier mot dans les décisions familiales.

« Les opinions sur les droits des femmes et leurs rôles dans la société progressent de manière inégale au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Il y a peu d’accord sur le fait que les femmes devraient jouer un rôle égal dans la vie publique ou privée  » a souligné le porte parole du BA, Aseel Alayli ».

Les chercheurs ont constaté que les «crimes d’honneur» – autorisant un membre de la famille à tuer un autre membre de la famille, généralement une femme, considérée comme ayant déshonoré la famille – ont de beaux jours devant elles. En Afrique du Nord et au Moyen-Orient les « crimes d’honneur » est moins grave que l’homosexualité.

Par exemple, en Algérie, l’un des pays les plus tolérants du monde arabe, 27% des répondants algériens ont estimé que les «crimes d’honneur» est acceptables. Au Liban, 6% seulement des Libanais pensent que l’homosexualité n’est pas un acte criminel.

Enfermés dans les murs de l’intolérance, un nombre considérable de jeunes envisagent d’émigrer. Plus de la moitié des 18 à 29 ans vivant en Algérie, en Jordanie, au Liban, au Maroc, en Palestine et en Tunisie ont déclaré avoir envisagé de quitter le pays pour « un ailleurs meilleur ». Une proportion importante de ces jeunes – 40% en Algérie et 38% en Irak – ont déclaré qu’ils seraient prêts à partir sans documents officiels.

L’Europe est la première escale des Nord-Africains, tandis que ceux Égypte, du Soudan et du Yémen préfèrent passer par le Moyen-Orient, selon l’étude du Baromètre Arabe.

Notis©2019

Par Sidney Usher

Source : Arab Borometer