Analysant la capacité de conduite des gens qui écoutent les informations, des chercheurs ont constaté que près des trois quarts sont distrait par la radio. Les experts en déduisent que l’autoradio est tout aussi distrayant que le téléphone au volant.

L’écoute à la radio d’un simple rapport de trafic peut dont vous faire rater un tournant et vous envoyer dans le décor.

Cette étude montre les lacunes des campagnes de sécurité routière qui se focalisent à dire aux conducteurs de garder les yeux sur la route.

Charge conceptuelle

La théorie de la charge conceptuelle a été présenté par deux éminents chercheurs, Gillian Murphy de l’University College Cork et Greene de l’University College Dublin, dans le cadre de la conférence annuelle de la « British Psychological Society » (association des psychologues britanniques). Cette théorie affirme que nous avons une quantité finie d’attention à un moment donné. Cela signifie que si nos niveaux d’attention sont à leur maximum, certains stimulis peuvent nous échapper.

Pour voir comment cela s’applique lors de la conduite d’un automobile routier, les chercheurs ont utilisé un stimulateur de conduite et demandé à 36 personnes de conduire tout en écoutant à la radio des rapports sur l’état du trafic. Seulement 23% des participants ont remarqué la présence d’un éléphant  ou un gorille débout sur le coté de la route. Ces conducteurs ont également payé moins d’attention à la signalisation routière ainsi qu’à la présence d’autres voitures. Ce qui a impacter négativement leurs temps de vitesse et leur réactivité.

Sécurité routière

Commentant les conclusions de son étude, Gillian Murphy a déclaré: «les campagnes de sécurité routière sont tellement concentrés sur la nécessité pour les conducteurs des yeux sur la route, ce qui est certainement important, mais cette recherche nous dit que ce n’est tout simplement pas assez. Nous devrions également  nous concentrer sur le maintien de nos cerveaux sur la route ».

«Tout ce qui attire notre attention loin de la conduite peut être problématique, même si elle est auditive comme l’écoute de la radio ou d’avoir une conversation téléphonique mains-libres. Cela ne signifie pas que nous devrions interdire les radios dans les voitures, mais que nous devrions tous être conscients des limites de notre attention ».

«Le fait que nous ayons trouvé cela en utilisant une tâche simple, d’origine naturelle comme l’écoute à la radio d’un trafic routier, suggère que la charge sur notre audition peut être un élément important -à ne pas négliger- pour mieux lutter contre la distraction et l’inattention des conducteurs routiers.

Notis©2019

Par Sidney Usher