La lutte contre le réchauffement climatique nécessitera nécessairement la taxation des émissions de carbone ou la fixation d’un prix à la pollution par le carbone, a récemment déclaré le directeur général de la Banque mondiale, lors d’une réunion sur l’environnement.

« Nous croyons fermement que nous pouvons envoyer un signal économique en introduisant un prix forfaitaire sur le carbone », a déclaré Kristalina Ivanova Gueorguieva, faisant référence à une méthode de calcul du prix par tonne de carbone incluant les coûts sociaux de la pollution.

« Nous sommes la dernière génération à pouvoir faire quelque chose pour lutter contre le changement climatique, mais nous sommes également la première génération à en subir les conséquences », a-t-elle déclaré.

« Les scientifiques et les économistes s’accordent à dire que la tarification du carbone est le meilleur moyen de signaler aux patrons de ce secteur d’activité que leur comportement doit changer. »

Selon l’Institute for Climate Economics, 46 pays et 26 administrations ont mis en place une politique de tarification du carbone à compter du 1er avril 2018, en utilisant une taxe carbone ou un marché du carbone dans lequel des quotas sont imposés aux gros pollueurs.

Ces nouvelles taxes auraient ajouté 30 milliards de dollars américains aux coffres des gouvernements qui ont enfin osé appliquer ces mesures, les prix à la tonne allant de 1 à 133 dollars. Mais, selon l’OCDE, le montant facturé est insuffisant pour atteindre les objectifs climatiques.

La déclaration de la Directrice générale de la Banque Mondiale intervient une semaine après que le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, eut averti que le monde n’avait plus que deux ans pour éviter les conséquences désastreuses du changement climatique.

Outre la réflexion sur les moyens de lutter contre le réchauffement climatique, la réunion des pays industrialisés du Groupe des Sept et de l’UE dans la ville portuaire canadienne d’Halifax vise également à adopter de nouvelles règles internationales pour empêcher l’inexorable avancée de la plastisphère.

Notis©2018