La firme BlackBerry a dévoilé son troisième téléphone basé sur le système Android, le « DTEK60 », son dernier téléphone à être produit en interne. Désormais, les produits de la société de droit canadien seront fabriqués par d’autres équipementiers. Ce n’est pas une surprise, puisque BlackBerry avait annoncé le mois précédent l’externalisation de sa production.

Cependant, le chef d’exploitation de BlackBerry, Marty Bear, a tenu à préciser que le DTEK60 « n’est absolument pas le dernier téléphone BlackBerry ». Il a ajouté que la firme de Ontario demeure « encore dans le secteur des smartphones », mais que son activité sera désormais beaucoup plus « concentrée sur les logiciels mobiles ».

Nouveau risque

Le pionnier du smartphone, qui a perdu une grande partie du marché à ses concurrents, a déclaré qu’il envisageait d’externaliser le développement de ses smartphones pour se consacrer à ses activités plus rentables de logiciels et la gestion des périphéries mobiles. Cela signifie que DTEK60 qui fonctionne sous le système d’exploitation le plus populaire, Android, sera le dernier téléphone à être totalement fabriqué par BlackBerry.

dtek6002

Ce dernier dispositif comporte un risque plus lourd en cas d’échec de sa vente. Conscient d’un tel risque, les représentants la firme l’assume : « Cette décision est la nôtre et nous en assumons la responsabilité » a déclaré le chef de l’exploitation dans une entrevue de lancement du produit.

L’appareil, qui dispose d’un écran tactile de 5,5 pouces, est à un prix inférieur à ceux de ces concurrents. Son prix de lancement est arrêté à 499 $. A titre comparatif, l’iPhone 7 d’Apple ayant la même taille est fixé à un prix de base de 769 $, alors que la version équivalente de Pixel de Google commence à 649 $.

Nouvelle stratégie

BlackBerry, dont le siège social est à Ontario Waterloo, Canada, n’a pas signé de contrat de distribution avec les entreprises de télécommunications qui commercialisent généralement des appareils assortis d’un abonnement de connexion avec leurs propres réseaux de communication. BlackBerry a choisi, lui, de distribuer directement son nouveau produit aux entreprises, gouvernements et d’autres grandes organisations. La société procède également à la vente de son produit sur ses propres sites Web aux États-Unis, au Canada et plusieurs pays européens. C’est une façon « plus rentable et plus efficace » d’atteindre la clientèle », selon les termes de Monsieur Bear.

Le DTEK60 a été conçu et assemblé dans les usines du constructeur chinois, « TCL Corp », une société de droit chinois, qui fabrique des téléphones ainsi que des téléviseurs, des climatiseurs et autres appareils ménagers.

BlackBerry a lancé son premier appareil Android, le haut de gamme « Priv », en fin 2015. La mise sur le marché de son deuxième téléphone fonctionnant sous Android, DTEK50, s’est avéré infructueuse. Dans ces conditions, il est difficile de croire au miracle de DTEK60 qui semble être voué au même sort que ses prédécesseurs : « Jamais deux sans trois ».

Notis©2016