Depuis la découverte de cellules ganglionnaires à mélanopsine dans la rétine, on sait désormais que la lumière n’est pas seulement impliquée dans des fonctions visuelles, mais aussi dans des fonctions non visuelles, comme la régulation du sommeil, de l’humeur et des neurotransmetteurs impliqués dans la mémoire. Par conséquent, les écrans des gadgets électroniques qui illuminent tant et tant de visages, de jour comme de nuit, ont forcément un impact sournois mais décisif sur la santé.

Des lendemains difficiles

Dans une étude disponible sur le versant numérique du magazine Organizational Behavior and Human Decision Process, des chercheurs de l’université du Michigan aux États-Unis ont constaté que la lumière des écrans perturbe la qualité du sommeil, entrainant un lendemain difficile et un impact nocif sur la santé, à long terme (obésité, addiction, AVC, cancers…).

Les chercheurs ont testé un groupe de 161 employés par rapport à son utilisation des ordinateurs – fixes ou portables – des tablettes et de la télévision. Il est ainsi apparu qu’une utilisation du smartphone ou une lecture sur une tablette, après 21 h, nuisait à la qualité du sommeil, impliquait une grande fatigue le matin et était assortie d’une moins bonne motivation au travail tout au long de la journée. Commentant ces résultats, l’un des coauteurs dudit rapport a déclaré que « les smartphones sont presque parfaitement conçus pour perturber le sommeil ».

Lire aussi: L’écran à la lecture

Selon les scientifiques, c’est la lumière bleue émise par les LEDs des écrans des terminaux numériques, qui perturberait sensiblement la sécrétion de mélatonine, indispensable à une bonne qualité de sommeil.

Des solutions

Pour arrêter l’érosion du sommeil et donc de la santé, il existe plusieurs solutions. La plus radicale est celle qui consiste à ARRÊTER MAINTENANT de lire sur tablette ou smartphone avant de s’endormir, et donc de revenir au bon vieux bouquin en papier imprimé. Une autre solution consiste à installer un filtre d’écran  qui éliminerait l’émission de la lumière bleue.

Finalement, la meilleure solution est celle que préconise l’un des rares chronobiologistes francophones, Claude Gronfier. Selon le spécialiste du sommeil, il est indispensable, pour garder une « bonne hygiène » de la lumière, de respecter deux règles:

*diminuer drastiquement son exposition le soir entre 30 minutes et 1 heure avant le coucher ;

*et privilégier les lumières de type halogène le soir avant le coucher. En effet, la lumière orangée des halogènes, contrairement à la lumière bleue des LEDs, ne ralentit pas les processus impliqués dans installation du sommeil.

Notis©2015

Sources : Evening use of light-emitting eReaders negatively affects sleep, circadian timing, and next-morning alertness