« Alors, combien gagnez-vous? », est une question chargée, profondément personnelle et finalement embarrassante. Comme le poids et l’âge, le montant du salaire est un des éléments auquel nous attribuons une valeur presque incomparable. L’argent génère des émotions complexes et difficiles, comme le honte, la peur de l’échec et la façon dont les autres nous perçoivent. Le salaire est un sujet à éviter dans les conversations polies.

Pourtant cette ambiance lourde autour du revenu entretien les inégalités. Il est donc temps de briser ce lourd silence et parler des salaires à l’entrée comme à l’intérieur de l’entreprise.

Transparence à l’embauche

Liz Ryan, fondatrice et PDG de Human Workplace, fait valoir que l’inclusion d’une fourchette de salaire dans chaque offre d’emploi  est «sensée et éthique». Elle affirme que cette pratique profite autant aux employeurs qu’aux candidats à l’embauche. « De cette façon, les gens à la recherche d’un emploi ne perdront pas leur temps à postuler pour le poste qu’ils savent perdu d’avance, car inadapté à leur profile. L’employeur également fera l’économie d’une procédure de recrutement longue, fastidieuse et inutile. »

Si le salaire proposé est supérieur à la moyenne du  secteur d’activité ou de la région, cela peut encourager les candidats les plus performants à postuler.

En outre, si l’embauche pour la diversité est une priorité, afficher une fourchette de salaire en annexe d’une offre d’emploi est un excellent moyen de parvenir à cette fin. Les femmes sont moins portées à la négociation, ce qui contribue à un écart salarial abyssal (elles gagneraient  moins de la moitié du salaire des hommes). Linda Babcock, auteure de « Les femmes ne négocient pas: Le coût élevé de l’évitement des négociations – et des stratégies positives pour le changement », a constaté que 46% des hommes négocient toujours après une offre d’emploi, contre seulement 30% des femmes. Voilà pourquoi le fait d’afficher une fourchette de salaire à l’avance, pourrait contribuer efficacement à la transparence des règles du jeu et donc à l’égalité.

Les offres d’emplois assorties d’une fourchette de salaire obtiennent un taux de réponse plus élevé. Dans leur étude intitulée « Salaires, files d’attente et compétences », les économistes américains, Ioana Marinescu et Ronald Wolthoff, ont constaté que les offres d’emploi transparent ont reçu 7,8% de candidatures de plus que les offres d’emploi sans salaire.

De plus, la diffusion d’un salaire avec une offre d’emploi n’affecte pas nécessairement le profil des candidats qui se manifestent. Dans leur étude, Marinescu et Wolthoff ont constaté qu’il n’y avait pas de relation entre la publication d’un salaire et la qualité des candidats. Ils spéculent que les candidats prennent d’autres indices de la société ou du secteur d’activité  pour déterminer la fourchette de salaire probable.

Transparence dans l’entreprise

Une discussion ouverte sur les salaires entre pairs et collègues est un puissant outil pour lutter contre les inégalités salariales. Non seulement cela sert des moyens à la fois égoïstes et altruistes – il permet aux parties de mieux négocier les salaires – mais la transparence des salaires peut même protéger les entreprises en minimisant le risque de contestation.