Dans le cadre de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel (1er au 07 août), un rapport a été publié conjointement par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’UNICEF, l’agence des Nations Unies pour l’enfance.

Après s’être penché sur la situation de 76 pays à revenu faible ou intermédiaire, les experts de l’ONU ont constaté que seulement deux bébés sur cinq sont allaités immédiatement après la naissance.

Il a été également constaté que si l’allaitement instantané est très répandu en Afrique orientale et australe, ce n’est pas le cas en Asie de l’Est et dans le Pacifique, où moins d’un tiers des nouveau-nés boivent leur lait peu après leur naissance.

Selon les Nations Unies, environ 78 millions de nouveau-nés courent un risque élevé de décès chaque année, parce qu’ils ne boivent pas le lait de leur mère dans les premières heures de leur naissance. « Quand vient le temps d’allaiter, le timing est primordial. Dans de nombreux pays, cela peut même être une question de vie ou de mort », a déclaré Henrietta Fore, porte parole de l’UNICEF.

L’UNICEF recommande que les bébés soient nourris exclusivement au sein jusqu’à l’âge de six mois, après quoi ils peuvent commencer à être alimentés avec d’autres nourritures et d’autres liquides, parallèlement à l’allaitement.
L’amélioration des pratiques d’allaitement pourrait sauver la vie de plus de 800 000 enfants de moins de 5 ans chaque année, dont la grande majorité a moins de six mois. Au-delà de la survie, il est de plus en plus évident que l’allaitement au sein stimule le développement cérébral des enfants et offre une protection contre le surpoids et l’obésité.

Les enfants qui ne sont pas mis au sein dans la première heure de leur naissance courent un risque plus élevé d’infections courantes que les nouveaux nés immédiatement allaités au sein maternel.

Dans une étude portant sur plus de 4 000 enfants en Tanzanie, l’initiation tardive de l’allaitement a été associée à un risque accru de toux et à un risque accru de presque 50% de difficultés respiratoires au cours des six premiers mois de vie du bébé.

Mettre les nouveau-nés au sein nécessite un contact physique. Cette proximité entre la mère et le bébé dans les moments qui suivent l’accouchement procure des avantages à court et à long terme. Le contact direct aide à réguler la température corporelle des nouveau-nés et permet à leur corps d’être peuplé de bactéries bénéfiques provenant de la peau de leur mère. Ces «bonnes» bactéries protègent contre les maladies infectieuses et aident à renforcer le système immunitaire des bébés

Les mères tirent également d’importants avantages de l’allaitement, notamment un risque moindre de cancer du sein, de cancer de l’ovaire et de diabète de type 2.

Notis©2018

Sources: “Early initiation of breasfeeding : The best start for every newborn” by UNICEF & WHO