Lorsqu’il y a une nouvelle réforme fiscale, tout le monde cherche à savoir si elle profitera aux classes moyennes ou si elles en seront les « sacrifiées ». Tout le monde parle de « sauver » la classe moyenne. Mais que signifie cette expression? Qui fait partie de la classe soit disant « moyenne » ?

En fait, la notion est d’autant plus floue qu’il est difficile d’avoir une réponse claire qui fasse l’unanimité.

Alors que certains experts la définissent par le revenu, d’autres la définissent par le style de vie. D’autres encore disent que c’est un état d’esprit.

Au moins cinq critères permettraient d’appréhender cette notion fuyante.

Le revenu

Vous pouvez être considéré comme « un nouveau riche » le plus souvent en raison de votre revenu mensuel. Mais les experts se divisent sur combien vous devez gagner pour être digne de cette promotion.

L’une des définitions les plus étroites limite l’accession de la « classe moyenne » à celles et ceux qui se situent littéralement au milieu du cinquième de l’échelle nationale des revenus. Une conception  plus large inclut tout le monde sauf les 40% de la population, qualifiée de « très pauvres », et les 10% représenté par les plus riches.

La définition complexe prônée par les autorités chargées de la statique nationale est la suivante: la classe moyenne représente deux tiers à deux fois le revenu médian national par rapport à la taille moyen d’un ménage moyen. Une définition, somme toute, pas suffisamment claire pour être compris par le citoyen moyen.

La richesse

Certaines personnes ne gagnent peut-être pas de revenus suffisant pour faire partie de la classe moyenne, mais ils ont su thésaurisé et/ou réalisé beaucoup d’investissements. Cela est particulièrement vrai pour les personnes âgées vivant de leurs épargnes ou riches héritiers.

Voilà pourquoi, certains experts préfèrent utiliser la richesse comme facteur déterminant. Par exemple, le professeur, Edward Wolff de l’Université de New York, définit la classe moyenne comme les trois cinquièmes de sphère de la richesse nationale. Ceux qui sont en deçà de ce seuil sont endettés et ceux qui se situent au-dessus sont passible de la « classe moyenne ».

La consommation

Une autre façon de définir la classe moyenne est de savoir combien vous dépensez. Cela reflète plus précisément votre bien-être, puisque le revenu ne tient pas compte des avantages non chiffrable et non convertissables en argent, tels que les coupons alimentaires ou encore l’épargne et peut fluctuer considérablement d’année en année.

L’étalon de la consommation est constitué notamment des dépenses en nourriture, transport, divertissement, logement et autres articles de la vie courante. Mais, sont exclues les dépenses de santé et l’éducation, qui pourraient être considérées comme des investissements.

Le rêve

Peu de temps après que le président Obama ait pris ses fonctions en 2009, il a créé un groupe de travail visant à élever le niveau de vie de la classe moyenne. Mais d’abord le groupe de travail devait définir la classe moyenne. Il l’a défini par rapport au rêve ou aspirations ou encore les ambitions des gens.

Si vous aspirez à avoir une maison bien construite avec une pelouse toujours entretenue, si vous aspirez à des vacances familiales en Europe… alors vous faites partie de la classe moyenne de votre pays.