Si vous avez du mal à prendre une décision, alors faites confiance à votre instinct. Il ne s’agit pas d’une pensée tirée d’une œuvre littéraire ou d’un bréviaire philosophique, mais d’un constat scientifique : Nos émotions instinctives fonctionnent comme un «signal rouge» envoyé à notre cerveau pour nous empêcher de faire des erreurs.

Selon des chercheurs de l’université de Tallahassee, Floride (USA), nos «sentiments viscéraux» font partie d’un système de protection élaboré qui nous incite à ralentir et à évaluer une situation difficile, ou à l’éviter complètement. Cette étude fait progresser l’état d’avancement des connaissances sur le circuit intestin-cerveau, une partie du corps, jusque là, mal comprise.

Tractus

La neuro-scientifique, Dr Linda Rinaman, co-autrice de cette étude a déclaré : «nous apprenons des leçons plus précieuses tous les jours sur nos tripes. Plus précisément, le tractus gastro-intestinal, qui a une épaisseur plus de 100 fois plus grande que la surface de la peau, envoie plus de signaux au cerveau que n’importe quel autre organe du corps humain. Le tractus gastro-intestinal (TGI) parle au cerveau par l’intermédiaire du vagus ou du nerf «errant», une véritable autoroute de signalisation nerveuse qui serpente le corps d’un organe à l’autre. »

Le TGI transmet des messages descendants du cerveau vers d’autres organes du corps ainsi que des messages ascendants, communément décrits comme des «sentiments intestinaux».

Alors qu’il est clair et acquis qu’il existe une voie de communication entre le cerveau et l’intestin, les scientifiques avaient du mal à déterminer à quel point cette fonctionnalité affecte notre prise de décision.

Le Dr Rinaman et son collègue, le Dr James Maniscalco, soutiennent que les signaux de notre tractus gastro-intestinal peuvent peut  nous empêcher de faire des erreurs. Les messages envoyés au cerveau nous poussent à éviter les situations dangereuses interrompant les systèmes de récompense installés dans le cerveau. Ces signaux ont une influence importante sur les émotions et le comportement, en particulier en réponse à des événements inquiétants ou menaçants. « Les signaux de rétroaction organique sont très protecteurs et encouragent à la prudence », a déclaré le Dr Rinaman.

Malbouffe

Des recherches récentes on apporté les preuves qu’une mauvaise alimentation peut causer le déclenchement de signaux protecteurs et d’avertissement provenant de l’intestin, se matérialisant par des humeurs ou/et comportements altérés.

Par exemple, un régime riche en graisses peut entraîner une réponse inflammatoire dans le tractus gastro-intestinal. Ce changement anormal peut conduire à des symptômes d’anxiété et de dépression.

Le Dr Rinaman explique que les bactéries dans l’intestin sont façonnées par le régime alimentaire, et ces bactéries peuvent affecter notre état émotionnel et cognitif. «Les preuves montrent que modifier le régime alimentaire, peut-être en consommant des pro-biotiques, peut affecter l’humeur et l’état comportemental», a déclaré le Dr Rinaman.

Cela étant, des questions surgissent : comment cela fonctionne? Plus précisément, comment ces bactéries intestinales envoient-elles des signaux vers le cerveau? Ce domaine de la recherche scientifique a explosé au cours des dernières années et, actuellement, il suscite beaucoup plus de questions que de réponses.

Notis©2018