Une décennie après une crise économique dévastatrice, des spécialistes notent l’apparition d’un signe clé d’une vraie relance : Toutes les grandes économies de la planète se développent en même temps. Cette vague synchronisée de croissance crée des emplois, augmente les fortunes et tempère les craintes d’un soulèvement populaire.

Les  économistes optimistes ne donnent pas d’explication claire et exhaustive sur comment le monde a finalement réussi à échapper à la longue récession enclenchée en 2008. Mais, grosso modo, il semble que cette amélioration doive moins à une nouvelle source de richesse qu’au simple fait que bon nombre des forces destructrices de richesse se soient finalement essoufflées d’elles-mêmes.
Vague de croissance
Les États-Unis, la plus grande économie du monde, en sont à leur neuvième année de croissance, le Fonds monétaire international ayant haussé les attentes à 2,7% cette année contre 2,3%, en raison des réductions d’impôts décidées par le Président Donald Trump. La Chine a diminué les craintes d’un arrêt brusque de la trajectoire de sa croissance qui dure depuis plusieurs décennies. Même le Japon, longtemps symbole de déclin, se développe également.
La hausse des prix du pétrole a galvanisé les productions de la Russie et du Moyen-Orient. Le Mexique a pour l’instant transcendé les craintes que la rhétorique commerciale menaçante de l’administration Trump. Le Brésil, souffrant encore des effets d’une véritable dépression (et de corruption), montre des signes, certes timides, de reprise.

L’Europe, récemment pointée du doigt comme le membre anémié de l’économie mondiale, désespérément vexée par le dysfonctionnement politique en son sein, est devenue un leader de la croissance. Cette année, les 19 pays qui partagent l’euro devraient connaître une croissance économique de 1,9%, selon le F.M.I. Ce n’est pas brillant, mais c’est mieux que nul ou rien. En Espagne, en Grèce et en Italie, les jeunes sont toujours aux prises à des taux de chômage effroyables. Pourtant, par rapport à la baisse de 4,5% en 2009 et aux contractions plus faibles en 2012 et 2013, l’ère semble respirable.
À mesure que la reprise s’est étendue au cours de l’exercice écoulé, les usines d’Europe de l’Est ont été débordées de commandes supplémentaires. Les usines d’automobiles en République tchèque, en Slovaquie, en Pologne et en Roumanie ont envoyé des volumes croissants de voitures vers l’Allemagne, la France et les Pays-Bas. DSM, une multinationale néerlandaise qui fabrique des produits nutritionnels, a ouvert une usine de 60 millions de dollars au Rwanda en mai 2017, qui achète du soja et du maïs à près de 10 000 agriculteurs locaux et l’utilise pour produire de la bouillie instantanée.
« Nous investissons massivement en Asie et aussi en Afrique car la croissance de la population y est plus forte », a déclaré le directeur général de la société, Feike Sijbesma. « L’Afrique, qui a toujours été le continent oublié, est aujourd’hui le continent du présent et de l’avenir. »
Le réveil de l’Europe combiné à la croissance aux États-Unis a permis à l’industrie chinoise de continuer à satisfaire la demande de biens, qu’il s’agisse de pièces automobiles, d’outils ou de vêtements. La production industrielle a augmenté les prix des produits de base et augmenté les revenus des producteurs de cuivre au Chili et en Indonésie, les mines d’or en Afrique du Sud et les opérations d’argent en Suède.
Le monde profite désormais d’une boucle de rétroaction positive, la confiance grandissante des entreprises entraînant une augmentation du nombre d’embauches et une augmentation des dépenses de consommation. Plus d’argent dans les poches des consommateurs donne aux entreprises plus de raisons de se développer.
« Il n’y a pratiquement aucun pays dans le monde où le consommateur ne va pas bien », a déclaré Bart van Ark, économiste au « Conference Board », une association de recherche d’affaires basée à New York.
La question est maintenant de savoir si ces investissements massifs et tous azimuts se concrétiseront assez rapidement pour soutenir la nouvelle croissance qui est certes réelle, mais encore fragile, du reste.