LES BONNES MAUVAISES HABITUDES
Publication : 21 janvier, 2018 > par Mary Mazur | Catégorie(s) : Management | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Pages : 1 2

Les mauvaises habitudes peuvent briser une bonne relation et une carrière prometteuse, lorsqu’elles sont poussées à l’extrême. Mais, à petites doses, les attitudes blessantes peuvent contribuer à un mode de vie sain.
Voici, ci-dessous, 10 comportements qui, soi-disant négatifs, selon les tenants de la tradition (mère, grand-père, maîtres, professeur, collègues…), peuvent « booster » une carrière.
1. Procrastination
Plusieurs livres sont consacrés à la lutte contre l’indécisions qui dure. Mais, certains sociologues, comme Adam Grant, auteur de « Originale », soutiennent que la conception de la procrastination devrait être élargie  non seulement à la paresse mais aussi à l’opportunisme. En d’autres termes, la procrastination peut aider à stimuler la créativité, parce qu’elle peut donner une chance de développer une idée originale.
L’exemple d’un fameux « procrastinateur », Steve Job, revient souvent à la surface. En effet, le fondateur d’Apple, aimait retarder certaines tâches. Plutôt que de se plonger immédiatement dans le conventionnel, l’évidence et le familier, Steve Jobs remettait les choses au goût du jour, jusqu’au jour où émergeait une idée révolutionnaire.
2. Tard et en retard
Être chroniquement en retard peut interférer négativement à la fois sur vos relations personnelles et professionnelles, vous donnant l’air désorganisé ou, pire, irrespectueux. Cependant, un article abondamment cité, écrit par la regrettée Diana DeLonzor,  « Never Be Late Again » (ne plus être en retard), jette un peu de lumière sur les avantages du retard chronique. « Beaucoup de personnes en retard ont tendance à être à la fois optimistes et irréalistes. Cela affecte leur perception du temps. Ils croient vraiment qu’ils peuvent aller courir, ramasser leurs vêtements chez les nettoyeurs à sec, acheter de l’épicerie et déposer les enfants à l’école dans à l’heure « , a-t-elle dit dans une entrevue accordée au New York Time.
En d’autres termes, les personnes en retard espèrent et attendent le meilleur – ce qui peut être une arme à double tranchant dans la vie quotidienne.
3. Mordre ses ongles
Des tests d’allergie ont montré que les enfants qui s’était habitués à se ronger les ongles ou à sucer leur pouce ont développé moins d’allergies. Cependant, l’un des auteurs de cette recherche a conseillé aux parents de ne pas encourager le mordillement des ongles ou la succion du pouce par leurs enfants. Bien que le fait de se ronger les ongles ne cause généralement pas de dommages à long terme, il peut en effet endommager la peau autour de l’ongle, ce qui rend plus vulnérable aux infections. Par ailleurs, la succion du pouce peut à la longue endommager l’alignement normal des dents.
4. Se plaindre
Personne ne voudrait être l’ami(e) de celles et ceux qui parlent encore et encore de leurs collègues ennuyeux, de la pluie et du service moche d’un restaurant….
Des recherches récentes ont constaté que ceux qui se plaignent consciencieusement – ce qui signifie qu’ils ont une raison valable de le faire – sont plus heureux que ceux qui se contentent de se défouler ainsi. Si vous avez besoin de vous plaindre, il existe un moyen d’exprimer une certaine négativité sans gêner les gens qui sont autour de vous ou exacerber un problème qui n’en est pas un.

Selon un courant de psychologues, il y a une «bonne» façon de se plaindre. En effet, une plainte efficace concerne un problème qui peut être résolu et s’adresse à quelqu’un qui a le pouvoir de le réparer. « Une plainte efficace a trois couches: D’abord, faciliter la plainte afin que la personne qui écoute ne soit pas sur la défensive. Deuxièmement, présenter la plainte elle-même d’une manière non hostile. Et, enfin, annoncer à la personne concernée que toutes mesures qu’elle prendra pour vous aider sera apprécié », a déclaré la journaliste Anisa Purbasari, dans un article parue dans le « Business Insider».
5. Chewing-gum
C’est impoli de mâcher du chewing-gum en public et surtout dans un entretien d’embauche. Mais quand vous êtes assis seul, cela pourrait être une clé pour la productivité et la relaxation. De nombreuses études montrent que le chewing-gum peut aider à être plus alerte. Une étude a même montré que les personnes qui mâchent de la gomme obtiennent de meilleurs résultats lors d’un test d’intelligence que les autres. D’autres recherches ont constaté que le chewing-gum stimule l’humeur et réduit les niveaux de cortisol, l’hormone du stress.
6. Bureau en désordre
Si des piles de papiers s’empilent sur le bureau de votre collègue, il est peut-être temps de les ranger.
Mais en le faisant, sans son consentement, vous risquez d’aggraver la situation de ce collègue qui se retrouve, lui, dans sa désorganisation.

Pages : 1 2


Étiquettes : , , , , ,