ROBERT MUGABE EST DANS LA SAUCE!
Publication : 21 novembre, 2017 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Politique | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Le dictateur Robert Mugabe a finalement démissionné, le 21 novembre 2017, mettant fin à un règne interminable de 37 ans au Zimbabwe. Le porte-parole du Zanu-PF, le parti au pouvoir, a déclaré que l’ancien vice-président, Emmerson Mnangagwa, surnommé « Le Crocodile », prendrait la relève dès le lendemain. Le chef du Parlement a aussi déclaré qu’il travaillait sur des questions juridiques pour nommer un nouveau président dans les 48 heures.

Robert Mugabe, est le dernier – depuis 2010 – à être tombé dans « la sauce », c’est-à-dire à figurer sur la longue liste de dirigeants africains qui ont été chassés du pouvoir par un coup d’État, une rébellion ou un soulèvement populaire.

NIGER

Le 18 février 2010, le président Mamadou Tandja est renversé par un coup d’État militaire après avoir « tripatouillé » la constitution pour rester au pouvoir au-delà de deux mandats. Il avait été élu en démocratiquement en 1999.

TUNISIE

Après 23 ans au pouvoir, et sous la pression populaire monstre, Zine El Abidine Ben Ali s’enfuit en Arabie saoudite avec sa famille le 14 janvier 2011.

ÉGYPTE

Hosni Moubarak démissionne le 11 février 2017, après de nombreuses manifestations, mettant fin à son règne de 30 ans et transmettant le pouvoir à l’armée.

CÔTE D’IVOIRE

Le 11 avril 2011, Laurent Gbagbo, au pouvoir depuis une élection controversée en 2000, est arrêté après plus de quatre mois de crise provoquée par son refus de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara à l’élection présidentielle de 2010.

LIBYE

Le dictateur Mouammar Kadhafi est capturé et tué le 20 octobre 2011, après près de 42 ans de pouvoir, neuf mois après que les rebelles soutenus par l’OTAN se soient soulevés contre son régime.

MALI

Des soldats mutins renversent le gouvernement de Bamako et arrêtent le président Amadou Toumani Touré le 22 mars 2012, précipitant la chute du nord dans la main des rebelles islamistes alliés à Al-Qaïda.

GUINÉE BISSAU

Un coup d’État a lieu le 12 avril 2012 entre deux tours de scrutin présidentiel avec les troupes qui évincent le président Raimundo Pereira.

RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

Dix ans après s’être emparés du pouvoir, le général François Bozize s’enfuit le 24 mars 2013 lorsque les rebelles du groupe à majorité musulmane, «  Seleka », s’emparent du palais présidentiel, déclenchant un conflit sanglant contre des milices majoritairement chrétiennes.

ÉGYPTE

Le 3 juillet 2013, l’armée évince le premier dirigeant démocratiquement élu d’Égypte, l’islamiste Mohamed Morsi, après de grandes manifestations contre son règne d’un an.

BURKINA FASO

Le président Blaise Compaoré, arrivé au pouvoir grâce à un coup d’état en 1987, fuit le pays le 31 octobre 2013, après avoir été évincé par une révolte déclenchée par ses tentatives malsaines pour prolonger son long mandat de 27 ans au pouvoir. Moins d’un an plus tard, le président par intérim Michel Kafando sera renversé, mais rétabli une semaine plus tard.

GAMBIE

Yahya Jammeh, arrivé au pouvoir par le biais d’un coup d’état en 1994, quitte le pays le 21 janvier 2017, remettant le pouvoir à Adama Barrow, vainqueur des élections de décembre 2016. Il s’enfuit avec gite et couverts sous la menace d’une intervention militaire des troupes des pays voisins.

Notis©2017


Étiquettes : , , , , , , ,