Travailler avec des artisans, petits commerçants, pigistes  et tous les autres prestataires exerçant en freelance (indépendance) est essentiel pour le fonctionnement normal d’une entreprise. En fait, le monde des prestataires indépendant est beaucoup plus important que le montrent les chiffres officiels : il représente, selon les pays, entre 25% et 50% de la main-d’œuvre nationale et génère un chiffre d’affaires non négligeable (un milliard de dollars par an aux États-Unis d’Amérique).

Mais, collaborer avec un « pigiste » est souvent synonyme de montée de la tension artérielle : impossible de l’avoir au téléphone, il ne répond pas aux emails, les projets pour lesquels il est engagé sont sur le point de tomber à l’eau…

Comment éviter de taper le poing sur la table ou de se cogner la tête contre le mur, lorsqu’on travaille avec un prestataire indépendant ? En d’autres termes, Comment gérer votre pigiste et en même temps vos nerfs ? Voici quelques 10 conseils pour y arriver.

  1. Fixez les règles de base

Avant de commencer à travailler avec un pigiste ou un professionnel du secteur libéral, organisez dès que possible une rencontre afin d’établir, dans une discussion amicale, les règles de votre future collaboration.

Le pigiste devrait se joindre à votre équipe et pouvoir s’adapter à votre façon de travailler. Faites-lui savoir ce qu’il peut et ne pas faire. Soyez également clair sur vos attentes, en termes de timing et de rapidité.

Si vous tenez à garder le silence sur cette nouvelle relation professionnelle, assurez-vous que le « freelancer » soit un homme discret.

Soyez sûr et certain de savoir ce que vous attendez de lui. Attelez-vous à être suffisamment clair dans votre communication avec lui.

  1. Rédigez un contrat

Si vous avez quelque doute sur cette nouvelle relation en freelance, rédigez simplement un contrat et officialisez les termes de votre relation professionnelle. Les relations professionnelles sur support écrit peuvent paraitre rébarbatives pour de nombreux pigistes à la recherche de travail. Un moyen efficace de contourner ce problème consiste à conserver une copie des correspondances par e-mail, de sorte que vous puissiez toujours vous en référer au moment opportun.

  1. Fixez les conditions financières

Avant de commencer à travailler avec un pigiste, demandez-lui si ses honoraires sont fixés à la journée ou taux horaire. Négociez encore et encore, surtout si votre budget est limité. Par exemple, les réunions et les frais de déplacement seront-ils inclus ou sont-ils en sus?

Assurez-vous de comprendre comment il facture ses prestations, de sorte que vous ne tombiez pas dans cercle vicieux des faux frais et autres frais cachés.

  1. Payez à temps

Une fois les conditions financières fixées, faites en sorte que votre collaborateur indépendant soit toujours heureux de travailler avec vous. L’une des meilleurs façons d’y parvenir est de payer ses honoraire à temps, dans un délai standard de 30 jours. Ce n’est que la contrepartie du travail réalisé en votre nom et pour votre compte.

Si vous voulez vraiment devenir quelqu’un avec qui un prestataire indépendant aimerait travailler, vous devriez le payez à temps. Votre relation en bénéficiera.

  1. Faites un Suivi (dans des limites du raisonnable).

C’est parfaitement acceptable et intelligent d’avoir l’œil sur l’état d’avancement du travail de votre pigiste. Assurez-vous donc que votre collaborateur indépendant communique avec vous en tout temps, en vous tenant au courant du projet et de ce qui se passe.

Pages : 1 2 3