Roger Moore, l’un des pionniers de l’interprétation de l’espion britannique, James Bond, est décédé en Suisse à l’âge de 89 ans après un court combat contre le cancer. Sa famille a confirmé la mort du célèbre acteur dans un message posté, le mardi 23 mai 2017, sur un média social :  » Nous sommes tous dévastés. Notre père, Sir Roger Moore, est décédé aujourd’hui ».

Monsieur Moore a revêtis sept fois le costume de James Bond, dont « L’homme au pistolet d’or » et « L’espion qui m’aimait ».
Carrière cinématographique
Fils unique d’un policier, l’acteur est né à Londres le 14 octobre 1927. Il étudia la peinture avant de s’inscrire à la Royal Academy of Dramatic Art.
Moore a joué quelques petits rôles dans le théâtre et quelques films  avant de faire son service militaire. Puis, a déménagé à Hollywood dans les années 1950.

En 1954, il plongea ses yeux dans ceux  d’Elizabeth Taylor dans « The Last Time I Saw Paris ». L’année suivante il forme un duo avec avec Eleanor Parker dans « Interrupted Melody ».
À partir de 1973, Moore initia la Franchise James Bond avec « Vivre et laisser mourir ». Suivront : « L’homme au pistolet d’or » (1974), « L’espion qui m’aimait » (1977), « Moonraker » (1979), « Rien que pour vos yeux » (1981), « Octopussy » (1983) et « Dangereusement Votre » (1985).
Outre son rôle du personnage campé dans les romans d’Ian Fleming inspirés des années 30, Roger Moore s’est fait remarqué pour les rôles d’Ivanhoé dans la série télévisée Ivanhoé, de Simon Templar dans la série télévisée Le Saint, de Brett Sinclair, un lord dans la série télévisée Amicalement Vôtre…
Carrière humanitaire
En 1991, Roger Moore devînt ambassadeur de bonne volonté pour l’UNICEF, après avoir été investi par la défunte actrice Audrey Hepburn. Comme cette dernière, Roger Moore mit toute son énergie dans la bataille, afin de défendre les droits de l’enfant à travers le monde. «Je me sentais petit, insignifiant et plutôt honteux d’avoir fait tellement de films et ignoré ce qui se passait autour de moi», a-t-il déclaré en décrivant comment il a été affecté par le travail au service de l’UNICEF.
Moore a reçu le prix Dag Hammarskjold Inspiration pour son travail auprès de l’UNICEF et a été nommé commandant dans l’Ordre national des arts et lettres de France en 2008, un prix qu’il a déclaré valait «plus qu’un Oscar».

Roger Moore a aussi activement soutenu les droits des animaux avec l’association PETA (Ethique dans le Traitement des Animaux), de laquelle il reçu un prix en 2009 pour une campagne anti foie-gras.

La même année, Moore publia son autobiographie, « My Word Is My Bond », où  il livre des détails sur son travail sur les films consacrés à James Bond, son amitié avec Hepburn, ses rencontres avec Cary Grant, Frank Sinatra, Elizabeth Taylor, d’autres stars et ses luttes contre la maladie, notamment le cancer de la prostate, qu’il a tenté de combattre, en vain.

Notis©2017