Le réformiste iranien, Hassan Rouhani, a manifestement gagné  les élections présidentielles de l’Iran en date du 19 mai 2017, selon les résultats officiels.
Avec près de 40 millions de votes comptabilisé, Rouhani aurait remporté la course avec un score de près de 60%. Ebrahim Raisi, son principal rival, aurait remporté 38,55% de voix. Mostafa Mirsalim, un conservateur bien trempé, a obtenu 1,13%, alors que la Mostafa Hashemitaba, réformiste, a obtenu 0,52%.
Une forte participation le jour de l’élection, estimée à plus de 40 millions sur 56 millions d’électeurs inscrits, a obligé les autorités à prolonger le vote de plusieurs heures afin de faire face à de longues files d’attente.
Promesses de campagne

L’élection a été vue par beaucoup comme un referendum sur la politique mené par le Président sortant, Hassan Rouhani, d’ouvrir l’Iran au monde et ses efforts pour « booster » l’économie du pays.
Rouhani avait battu sa campagne quatre ans plutôt dans le but de réduire l’isolement international de l’Iran. Au cours de son précédent mandat, il a négocié, en 2015, avec brio un accord historique avec les puissances occidentales, visant à freiner le programme nucléaire du pays en échange d’un allègement des sanctions.
Dans sa dernière campagne, Rouhani a cherché à se présenter comme le protecteur des plus grandes libertés civiles et le combattant de «l’extrémisme ». Il a critiqué l’arrestation continue de dirigeants et militants réformistes.
Raisi, pour sa part, a accusé Rouhani de mal gérer l’économie et s’est positionné comme un défenseur des pauvres. Il a prôné une ligne beaucoup plus dure avec l’Occident.
Le politologue spécialiste du moyen orient, Mostafa Khoshcheshm, a déclaré que, contrairement à la campagne électorale de 2013, Rouhani n’a pas ciblé l’élimination des sanctions et l’amélioration de l’économie. Cette fois son message a été essentiellement en faveur des libertés sociales et politiques. Selon lui, Hassan Rouhani a rempoté cette élection «  à cause des grandes villes et les gens de la classe sociale moyenne qui vivent là-bas; ils ont voté pour lui et s’attendent à ce qu’il réalise ses promesses ».

Notis©2017