LE RETOUR DES BARBUS
Publication : 5 octobre, 2017 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Société | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Depuis quelque temps les visages barbus ont envahi les écrans, les magazines à la mode et la rue. Le port de la barbe ne semble donc plus un fardeau. Comment expliquer ce retour musclé des barbus sur le devant de la scène?

Selon une étude publiée dans le « journal Evolution and Human Behavior », les hommes cultivent leur barbe dans un esprit de domination et de conquête. Pour aboutir à cette conclusion, les chercheurs issus de l’université d’Australie ont étudié 154 espèces différentes de primates. Ils ont constaté que de nombreux mâles développent des signes extérieurs pour à la fois affirmer leur égo et stimuler leur virilité.

La mode

L’étude souligne l’expansion du nombre de barbus et du volume des barbes. Cet effet de mode ébranle les fondements d’une culture bien établie et inquiète les fabricants de produits de rasage. Ces derniers ont, en effet, vu  leur chiffre d’affaire chuté depuis la prise de la rue par les barbus.

Le mouvement intitulé «tuer le rasage» après avoir enflammé les réseaux sociaux a réussi à « tuer » les produits traditionnels de toilettage masculin, comme les rasoirs et poudres magiques à raser. Ces mouvement, par le bais des médias sociaux, exaltent à la fierté d’être poilu et barbu. Sont ainsi commercialisé, via internet, les accessoires mettant en évidence les visages pileux.

Des études antérieurs avaient déjà constaté que la barbe est visible et en vogue là où il y a moins de femmes à marier. Dans de nombreuses cultures du Moyen-Orient et de l’Inde, notamment, un visage bien garni est souvent associé à la sagesse et au pouvoir.

La domination

Le Dr Cyril Guetern chercheur à l’Université d’Australie, a noté la similitude flagrante entre les grands singes et les êtres humains. Selon lui « le récent boom des poils faciaux masculins » est lié à la concurrence sociétale entre les hommes. Plus les hommes sont confrontés à une organisation complexe, plus ils considèrent les autres hommes comme des concurrents potentiels. Dès lors chacun affiche « ses badges » ou ses signes distinctifs de façon ostentatoire pour intimider, s’affirmer.

« Lorsque vous vivez dans un petit groupe où tout le monde connaît tout le monde, en raison d’interactions répétées, il n’est pas nécessaire de prouver une qualité particulière intrinsèque ou pour attirer l’attention des autres. Dans ce genre de société la compétitivité via des ornements n’a pas lieu d’être. En revanche, dans les grands groupes où les individus sont entourés d’ « étrangers », ils ont besoin d’un outil visible et fiable pour évaluer la force et la faiblesse de leurs voisins. Et c’est là que les parures entrent en scène. Dans le cas des êtres humains, ce rapport de force se traduit par un développement phénotypique, tels que la décoration du corps, les bijoux et autres objets de prestige », écrit le Dr Gueten.

Notis©2017


Étiquettes : , , , , ,

Articles similaires.