LA BONNE IMPRESSION
Publication : 15 octobre, 2017 > par Mary Mazur | Catégorie(s) : Politique | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Faire une bonne impression sur les autres est vital pour la réussite sociale. Mais la gestion de sa propre image n’est pas aisée, car souvent elle produit un effet inverse. Les spécialistes attribuent cet échec à l’épuisement des ressources, c’est-à-dire le manque d’énergie mentale pour maitriser certaines situations sociales.

La gestion

L’introduction sociale ou l’auto-présentation aux autres  se fait en deux étapes. Tout d’abord, il faut choisir l’image qu’on souhaite transmettre aux autres. Deuxièmement, il faut présenter stratégiquement cette image. C’est cette deuxième étape qui, selon les chercheurs, peut porter atteinte aux ressources mentales. En effet, une impression positive exige à la fois une autorégulation et une maîtrise de soi, qui nécessitent tous deux des efforts important. Par exemple, lorsque les gens sont surchargés mentalement ou tout simplement distraits, ils tombent dans la vantardise. Ce qui n’est pas bien perçu par les autres.

Cette pensée traditionnelle sur la gestion de l’impression est remise en cause par une autre école qui soutient que l’épuisement des ressources n’est pas la cause principale de la mauvaise lumière dégagée par une personne, mais plutôt deux facteurs auxquels on ne prête pas encore suffisamment attention.

Le premier facteur réside dans l’échec à prendre en compte le point de vue des autres. La prise en compte du point de vue d’autrui fait référence à la capacité d’«anticiper les esprits des autres», ce qui n’est pas facile. L’imprudence et et la réaction émotionnelle du récepteur jouent ici un rôle essentiel.

Le second facteur est le narcissisme. Au début, les moyens énergétiques, polarisants et divertissants du narcissique paraissent digne d’intérêt. Mais au fil du temps, leur arrogance et leur antagonisme sont pleinement affichés, souvent au-delà de leurs connaissances et compétences réelles. La façon de se présenter et de faire du narcissique affecte également ses relations étroites, car ils se croient supérieurs, font des comparaisons condescendantes et dénigrent les autres. En outre, ils font fi de l’empathie et de l’intérêt général. Les objectifs sociaux échouent souvent, en raison des considérations personnelles exacerbées par le narcissisme. En somme le narcissisme ruine la gestion des impressions. Les stratégies qui obstruent la projection d’une lumière positive sur les autres sont, notamment la démesure, la fausse modestie et les compliments de revers.

Les stratégies

Hybris est une notion grecque qui se traduit souvent par « démesure ». C’est un sentiment violent inspiré des passions, particulièrement de l’orgueil. Les Grecs lui opposaient la tempérance et la modération. Les gens qui ont tendance à développer leur propre image ne s’entendent pas bien avec les autres et ont tendance à laisser une impression négative.

La fausse modestie  se réfère à la vantardise déguisée en humilité. En apparaissant humble, une personne peut attirer l’attention sur un ou plusieurs attributs positifs d’une manière inopportune. Cette tactique échoue parce qu’elle met en doute la sincérité de celui qui la profère, ce qui entraîne une impression négative. Le pseudo-modeste n’accorde aucune importance à l’authenticité.  Les gens humbles sont généralement considérés comme plus sincères et donc plus sympathiques que les  faux modestes. Ces derniers  croient qu’ils peuvent masquer leurs arrière-pensées, mais finissent toujours par être démasqués. Les hypocrites sont ceux qui revendiquent une certaine image pour eux-mêmes, mais ne respectent pas les standards de cette image. Autrement dit, ils parlent mais ne mettent pas en pratique ceux qu’ils disent, surtout en ce qui concerne les questions ayant trait à la morale.

Le compliment rétrograde est une insulte cachée dans un compliment, où le flatteur est volontairement condescendant. Il dira par exemple : «je ne m’attendais pas à ce que vous ressuassiez à cet examen. C’est génial. » Un tel propos découle du désir d’aimer et à la fois d’être aimé et avoir un statut social élevé. Les gens aiment les compliments et voient les complimenteurs favorablement. Mais personne n’aime les compliments de revers. Ces présentations de supériorité échouent de façon spectaculaire. Ils montrent qu’une personne semble indifférente à l’impact négatif qu’elle produit sur les autres.

Notis©2017


Étiquettes : , , , ,