LA COUR SUPRÊME DU KENYA ANNULE LE RÉSULTAT DU SCRUTIN PRÉSIDENTIEL
Publication : 1 septembre, 2017 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Politique | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Dans un arrêt rendu vendredi, 1er septembre 2017, la plus haute instance judiciaire du Kenya a déclaré que la commission électorale a commis « des irrégularités et des illégalités » lors du vote du 08 juillet 2017, entachant l’intégrité de cette élection.

Aucune élection présidentielle, ni au Kenya, ni partout ailleurs en Afrique, n’avait jusque là été annulée par une autorité légalement constituée.
Une première
« La déclaration de la victoire de Uhuru Kenyatta est invalide, nulle et non avenue », a déclaré le juge David Maraga, annonçant le verdict des quatre juges sur les six qui composent la Cour Suprême du Kenya.

Maraga a déclaré que la commission électorale «a échoué, négligé ou refusé de mener l’élection présidentielle d’une manière compatible avec les prescriptions de la constitution».

En conséquence, la Cour Suprême a ordonné la tenue d’une autre élection présidentielle dans un délai de 60 jours.

Un avocat de Kenyatta, le Président sortant,  Ahmednasir Abdullahi, a déclaré que la décision des juges était «très politique» et que la commission électorale n’avait «rien fait de mal». Cependant, il a déclaré que cette décision devait être respectée.

Une victoire du peuple
La protestation a été portée dans la rue puis devant la Cour suprême par le chef de l’opposition, Raila Odinga, après la proclamation des résultats attribuant la victoire au Président sortant avec 54% du suffrage exprimé. A l’appui de sa contestation Odinga a soutenu que les élections avaient été truquées, du fait de piratage électroniques et de manipulations des résultats en faveur de son adversaire.
La commission électorale du Kenya a déclaré qu’il y avait, certes, une tentative de piratage, mais qu’elle avait échoué. Les observateurs internationaux des élections ont, quant eux, déclaré n’avoir noté aucune ingérence viciant le résultat final.
Odinga a déclaré que la décision de la Cour Suprême « établit un précédent pour le continent africain », avant de remercier les juges d’avoir agi «pour la postérité des Kenyans».
La plus grande économie de l’Afrique de l’Est a une histoire d’élections ensanglantées, comme partout en Afrique. Un différend sur les élections de 2007, qu’Odinga a contesté après avoir été déclaré perdant, a été suivi de plusieurs semaines de violence et de bain de sang d’origine ethnique. Plus de 1 200 personnes ont été tuées.

Notis©2017


Étiquettes : , , , ,