LA DÉCROISSANCE SCOLAIRE
Publication : 8 septembre, 2017 > par Mary Mazur | Catégorie(s) : Economie | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Il y a actuellement plus de  123 millions d’enfants en âge d’être scolarisés qui ne participeront pas à la rentrée scolaire, a déclaré Unicef. Il y a eu « peu de progrès » dans la lutte contre le manque d’accès à l’école dans les pays les plus pauvres du monde. Selon l’agence l’ONU, ce « progrès nul » a pour causes : la «paupérisation massive», les conflits et autres catastrophes humanitaires.
Les enfants  sacrifiées

Dans son rapport annuel l’Unicef ​​a déclaré que, malgré les discours angéliques des leaders mondiaux, il y a eu peu de progrès substantiels au cours de la dernière décennie pour mettre fin au problème des enfants n’ayant pas accès à l’école. Les efforts visant à augmenter le taux de scolarisation a «stagné» pendant plus de dix ans, a constaté l’UNICEF.


Le problème est plus grave en Afrique subsaharienne, où le manque d’infrastructures scolaires a été exacerbé par une démographie galopante. Cette « sécheresse scolaire » est sans pitié pour les familles les plus pauvres vivant dans les pays les plus pauvres.
Les conflits en Syrie et à travers le Moyen-Orient ont effacé l’amélioration des taux de scolarisation atteints dans la région, avec 3,4 millions d’enfants supplémentaires qui grandissent hors  du réseau  scolaire. Environ un cinquième des enfants non scolarisés dans le monde vivent dans des zones de conflit.
Les premières victimes de ce bilan négatif sont les enfants réfugiés dont l’éducation a été interrompue ou qui vivent dans des zones où il est trop dangereux d’aller à l’école et/ou où les bâtiments scolaires ont été détruits.

Les efforts insuffisants

Mais malgré le bilan d’une décennie globalement sombre et perdue pour des millions d’enfants à travers le monde,  UNICEF a noté quelque amélioration dans l’élargissement de l’accès à l’éducation.
La proportion d’enfants âgés de six à quinze ans non scolarisés est de 11,5%, alors qu’il était à 12,8% il y a dix, a déclaré l’UNICEF. L’agence des Nations Unies a souligné l’augmentation du nombre des enfants qui vont à l’école en Éthiopie et au Niger.

En 2000, la communauté internationale a promis de fournir une éducation primaire à tous les enfants d’ici à 2015 – dans le cadre des objectifs de développement du millénaire. Il y a eu des progrès rapides pour atteindre cet objectif au début, mais la crise financière a entrainé une réduction brutale de l’aide internationale.
Selon l’ONU les tentatives et mobilisations observées ici et là pour combler le gouffre causé par la croissance de la population ne suffiront pas. « Cette approche commerciale, comme d’habitude, n’entraînera pas les enfants les plus vulnérables à aller à l’école – et ne les aidera pas à exprimer pleinement leur réel potentiel – s’ils continuent à être pris au piège de la pauvreté, des privations et l’insécurité », a déclaré la représentante de l’institution, Madame Bourne.

Elle a ajouté que la réalisation de progrès rapides pour amener les enfants à l’école dépendra de la lutte contre les problèmes sous-jacents – comme la fin des conflits qui rendent le fonctionnement de l’école impossible.
Unicef ​​a déclaré qu’en juin 2017, il n’avait reçu que 12% du financement nécessaire pour éduquer les enfants dans les zones touchées par une crise humanitaire. Il faut «un financement plus important et plus prévisible pour l’éducation dans des situations d’urgence imprévisibles » a déclaré Mme Bourne.

Notis©2017


Étiquettes : , , , ,