LE DÉSARROI DES « 60 – 70»
Publication : 25 mai, 2017 > par Mary Mazur | Catégorie(s) : Finance-Comptabilité, Fiscalité, Société | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Des chercheurs d’une institution d’études fiscales ont constaté que les personnes nées dans les années 1960 et 1970 ne bénéficient pas de revenus nets plus élevés que les personnes qui sont nées dix ans plus tôt. Moins nantis que leurs parents, les « 60 et 70 » seraient susceptibles de mourir sans être propriétaire d’un logement, sans avoir à goûter à la jouissance d’une propriété. Leur pension retraite est substantiellement trop faible pour espérer vivre décemment. L’équipe composée d’économistes et fiscalistes préviennent que la croissance régulière des revenus observée depuis la seconde guerre mondiale est « peut être à sa fin ».

La quête d’héritage

L’économiste, Andrew Hood, un des auteurs du rapport, a déclaré: «Depuis la Seconde Guerre mondiale, les générations successives ont bénéficié d’un niveau de revenu et de vie plus élevé que celui de leurs parents. Pourtant, les revenus et la richesse de ceux qui sont nés dans les années 1960 et 1970 n’a rien à voir avec les cohortes précédentes. En conséquence, ces jeunes adultes sont enclins à compter sur les successions pour avoir accès à une retraite viable ou, du moins, semblable à celle de leurs prédécesseurs. « 

Les attentes d’un héritage chez les personnes nées dans les années 60 et 70 sont d’autant plus fortes qu’elles se sentent démunies. Pour preuve, alors que 28% de la génération née dans les années 1940 tablent sur une richesse héritée, 70% des jeunes adultes nés dans les années 1970 espèrent percevoir un héritage.

La pire perspective

Le recours à l’héritage pour combler les insuffisances d’une retraite entraîne deux conséquences : l’absence de redistribution de la richesse qui reste confiné dans une même famille, d’une part, et l’enracinement de la fracture entre les «nantis » et « démunis », d’autre part.

Cette situation montre que la fortune à long terme des jeunes générations sera de plus en plus liée à la richesse de leurs parents. Ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir hériter risquent de finir pauvres et misérables, avec tous les risques de dérives que cela implique.

Finalement, les travailleurs âgés de 34 à 53 semblent des victimes consentantes des hausses insignifiantes des salaires, des pensions désastreuses et de frais de logement invalidantes.

Notis©2013


Étiquettes : , , , ,