VISITE HISTORIQUE DU PAPE FRANÇOIS EN EGYPTE
Publication : 28 avril, 2017 > par Mary Mazur | Catégorie(s) : Croyances, Politique | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

La visite de deux jours du pontife catholique, entamée le 28 avril 2017, vise à favoriser la paix entre la communauté musulmane et la minorité chrétienne. Dès son arrivée, comme à son habitude, le Pape François a mis les pieds dans le plat en déclarant qu’aucune violence ne peut être commise au nom de Dieu.

Violence populaire

L’homme de 80 ans est en Egypte pour tenter pendant 27 heures de réchauffer le dialoguer entre les musulmans et soutenir la minorité chrétienne qui a subit une série d’attaques particulièrement meurtrières.
«La paix seule … est sainte et aucun acte de violence ne peut être perpétré au nom de Dieu, car il profane son nom», a déclaré le pontife catholique.
Il a également mis en garde contre le populisme rampant et croissant. « Les formes démagogiques du populisme sont à la hausse. Ceux-ci ne contribuent certainement pas à consolider la paix et la stabilité », a-t-il déclaré lors de la conférence organisée par al-Azhar, le centre de formation islamique sunnite le plus important au monde.
« Il est essentiel que nous n’épargnions aucun effort pour éliminer les situations de pauvreté et d’exploitation, où l’extrémisme s’enracine plus facilement et bloque le flux d’argent et les armes destinées à ceux qui provoquent la violence », a-t-il martelé. Les actes qui ne favorisent pas la paix sont «favorables aux partisans du radicalisme et de la violence», a déclaré le pape.

Ambiance sécuritaire
Dans une ambiance de haute sécurité, le pontife a rencontré le cheikh Ahmed al-Tayeb, l’Imam de la mosquée Al-Azhar dirigée par le gouvernement et un professeur de philosophie islamique, avant de rencontrer Sisi ; le chef d’Etat du pays, et le pape Tawadros II, le chef de l’église copte égyptienne.
L’Egypte est plongée dans une situation d’urgence qui dure depuis deux bombardements survenus dans des églises coptes qui ont tué plus de 45 personnes.
Toutes les églises du pays ont été placées sous une protection supplémentaire en raison du risque d’un autre attentat qui coïnciderait avec la venue du pape dans le pays.
Les attaques les plus récentes ont été revendiquées par l’Etat islamique d’Irak et le groupe Levant (ISIL, également appelé ISIS), qui a mis promis de nouvelles attaques contre les chrétiens coptes égyptiens et le Vatican.
Des voitures blindées ont été stationnées devant le palais présidentiel et des hommes de sécurité ont été postés à chaque centaine de mètres le long d’un tronçon de 20 km entre l’aéroport et le centre du Caire.
Le pape catholique devrait également rencontrer le représentant des coptes, le pape Tawadros II.

Minorité religieuse
Les coptes égyptiens, qui constituent environ 10 pour cent de la population du pays peuplé de près de 92 millions individus. C’est la plus grande minorité chrétienne du Moyen-Orient et l’une des plus anciennes aussi. Les deux papes devraient marcher ensemble à l’église copte de Saint-Pierre et de Saint-Paul, au cœur du Caire, qui a été frappé par un attentat à la bombe, revendiqué par ISIL, qui a tué 29 personnes en décembre 2016.
Samedi, 29 avril 2017, le pontife devrait présidera une messe pour la petite communauté catholique du pays, estimée à environ 272 000 personnes réparties dans divers rites.
L’Egypte a connu une vague d’attaques contre les chrétiens depuis 2013, lorsque les militaires dirigés par Sisi ont renversé le président Mohamed Morsi, le premier président démocratiquement élu du pays.
Pendant des décennies, les chrétiens se sont plaints de la discrimination et disent qu’on leur refuse les meilleurs emplois dans de nombreux domaines, y compris les milieux universitaires et les forces de sécurité. Ils accusent également les forces de sécurité de ne pas faire assez pour les protéger contre les «extrémistes religieux».

Notis©2017


Étiquettes : , , , , ,