LE « PETIT » CHEF
Publication : 8 février, 2017 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Management | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Le pouvoir hiérarchique monte à la tête aussi vite que le champagne. Dans la vie pressionnelle, rien de tel qu’une promotion pour transformer un être civilisé en «grande gueule aboyante et rudoyante». Ce n’est pas pour rien qu’existe l’expression «petit chef», une formule dictée par les attitudes du personnage, et non en raison de l’étendue de son pouvoir.

Cela étant, un grand patron peut très bien se comporter en « petit chef ». Exquis avec ses clients et ses relations personnelles, il peut avoir la réputation inverse auprès de ses collaborateurs ou de ses fournisseurs.

Être le «chef», en soi, c’est tout un programme. On est (et on nait parfois) « Chef » et ont le demeure,  quelque soient les circonstances, en période normal comme pendant les crises.  Responsabilité, charisme, détachement (confinant à la froideur) caractérisent le vrai chef. Le « petit chef », lui, manque de tous les attributs de « grandeur » du vrai leader.

bossy01Le petit chef entre brusquement dans un bureau en lançant quelques mots aussi brefs que secs sans prêter aucune attention au visiteur présent dans la pièce. Il joue au «boss sympa» en s’asseyant sur les bureaux avec deux ou trois blagues à la bouche; sous-entendu : «C’est moi qui organise les récrés!» Il pénètre dans le bureau d’un collaborateur (absent ou non) et s’assoit à sa place, signifiant ainsi, grossièrement, qu’il a pris possession des lieux. Il saisit distraitement un objet sur le bureau d’un collaborateur, joue avec et fouille énergiquement dans les paperasses des autres. Il fait des remontrances à un collaborateur en présence d’un tiers qui n’appartient pas à l’entreprise (mieux vaut régler les comptes en tête-à-tête, à moins que cela ne fasse partie d’une tactique de dynamique de groupe). Il «engueule» un salarié devant un client ou un fournisseur. Ce qui nuit autant à l’entreprise qu’au coupable. Il est fréquent qu’il prenne une collaboratrice pour une serveuse de bar-restaurant sous prétexte qu’il s’agit d’une femme. Enfin, il jouit de son pouvoir en toutes circonstances et martyrise, en particulier, ses fournisseurs et ceux qui dépendent de lui.

bossy002

Pour être un vrai patron, c’est à dire bon gestionnaire et un vrai leader, il faut sortir des réflexes et de la logique du « petit chef ». Bref, il faut être à l’écoute de son équipe, être diplomate, savoir déléguer et faire confiance aux capacités de ses employés, savoir faire la distinction entre vie privée et la vie professionnelle, avoir un caractère stable et réfléchi, etc. Qualités et façon d’être qui ne sont malheureusement pas à la portée de n’importe qui se prétendrait Boss …

Notis©2014


Étiquettes : , , ,