Changez de banque!
Publication : 19 février, 2017 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Finance-Comptabilité | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Aucun client n’a signé un contrat de mariage ou un contrat à vie avec une banque et des bonnes raisons existent pour délocaliser son compte en banque. Mais, dans les faits il est rare que l’on change de banque. L’argument facilement soulevé est celle de la victime consentante : « C’est partout pareil ». Le changement de compte en banque est également vécu comme une défaite ou un échec cuisant…voire un divorce/rupture amoureuse… Cette situation psychologique laisse le champ libre aux banques pour augmenter les frais financiers ainsi que leurs marges bénéficiaires en toute protection. En effet, le consommateur bancaire entretient sa banque sans faire jouer la concurrence. Les lois juridiques et les combats des associations ne suffisent pas pour faire baisser les prix et commissions des organismes financiers.

Pourtant, aucun consommateur n’est tenu à vie avec un établissement financier et les motifs pour aller voir ailleurs ne manquent pas : tarifs prohibitifs, mésentente avec le gestionnaire bancaire, les refus de crédit immobilier, de prêt à la consommation, de découverts… Le changement de compte bancaire n’est pas synonyme de la fin du monde. Il ne faut pas attendre un déménagement ou à un changement dans sa vie professionnelle pour changer de banque. C’est une démarche parfois complexe, mais toujours intéressante. L’accumulation de fermetures de comptes de clients mécontents et insatisfaits (litige ou abus) obligerait les banques à revoir leur politique tarifaire ou méthodes de fonctionnement.

C’est une procédure apparemment complexe mais qui s’avère toujours intéressante. Car, en faisant jouer la concurrence, cette démarche permet de connaître les différentes offres des banques et de savoir quoi négocier avec la nouvelle banque qui facilitera des démarches souvent compliquées.

Nous vous livrons, ci-après, les démarches à effectuer pour changer de banque en toute sérénité.

1. Ouvrir un nouveau compte.

Les services et les tarifs varient beaucoup d’une banque à l’autre. Prenez donc le temps au préalable de comparer pour jeter votre dévolu sur celle qui vous proposera des services dont vous avez besoin à des prix qui vous conviennent.

Il va falloir patienter avant de clôturer votre ancien compte, surtout s’il s’agit de votre compte principal, puisque de nombreuses opérations y ont lieu (prélèvements de factures, d’impôts, virements de la sécurité sociale, encaissement (salaire ou facture), retrait des chèques…).

Il faut raisonnablement tabler sur un délai de 2 à 3 mois pour que votre changement de domiciliation bancaire soit effectif sur toutes ces opérations.

Dès l’ouverture de votre nouveau compte, pensez à l’approvisionner pour faire face aux premiers prélèvements. N’attendez pas que votre salaire ou encaissement de facture y soit viré ou déposé, vous risqueriez des frais d’impayés en cas d’opérations de débit insolvables.

Prévoyez assez tôt une somme d’argent pour faire face aux divers frais (prélèvements automatiques, incidents de paiement…).

Pensez aussi à rapidement négocier une autorisation de découvert avec votre nouvelle banque et demandez le maintien de cette autorisation sur votre compte de départ pour limiter les frais, surtout pendant cette période de transition !

2. Recensez consciencieusement les opérations courantes

Certaines banques fournissent sur demande un relevé de ces informations à leur client.

-Il s’agit de lister :

*les prélèvements automatiques (électricité, téléphone, télévision, pension alimentaire…) et laissez sur votre compte de quoi couvrir les opérations qui pourraient avoir lieu avant que les bénéficiaires ne prennent en compte votre changement de domiciliation bancaire.

*les chèques que vous avez émis et qui n’ont pas encore été débités. C’est très important, car l’émission de chèque sans provision peut vous faire ficher à la Banque de Centrale.

*les opérations de débit de votre carte bancaire si elle est à débit différé, et prévoyez la provision de votre compte en conséquence.

il s’agit d’informez rapidement les organismes payeurs (CAF, Sécurité sociale, caisse de retraite, employeur, clients) et débiteurs de votre changement de banque. Adressez-leur systématiquement un RIB.

Certaines banques prennent en charge ces démarches de changement de domiciliation pour les prélèvements automatiques et les virements. Renseignez-vous à ce sujet auprès de la nouvelle banque.

Si vous avez contracté divers produits dans votre « ancienne » banque, faites-en le point avec votre nouveau conseiller pour voir les solutions qui s’offrent à vous, et, en cas de possibilité de transfert, les tarifs que votre nouvelle banque vous propose.

Résiliez ensuite vos contrats annuels dans la banque que vous souhaitez quitter: carte bancaire, package, assurance de perte ou de vol, assurance habitation, etc. Il est recommandé de résilier ces contrats six semaines avant leur renouvellement automatique. Ne comptez pas sur la rapidité de la banque dans ces cas-là.

Coupez votre ancienne carte en deux au milieu de la carte à puce, et barrez tous vos chèques en inscrivant la mention « annulé » avant de rendre ceux-ci.

3. Procédez à la clôture effective de votre compte

Cette ultime étape ne peut intervenir que lorsque plus aucun mouvement n’a lieu sur le compte.

Laisser le chiffre zéro sur votre compte revient à le solder, mais pas à le clôturer.

Et vous avez tout intérêt à procéder à la clôture de celui-ci pour éviter la mauvaise surprise de le retrouver débiteur en cas de prélèvement de frais de gestion par votre ancienne banque.

Adressez donc un recommandé avec accusé-réception à votre banque pour les informer de votre intention ou utilisez les imprimés généralement prévus à cet effet. Vous restituerez ensuite chéquier et carte bancaire à votre banque.

S’il restait de l’argent sur le compte, votre banquier vous restituera les fonds.

Notis©2012


Étiquettes : , ,