L’asthme professionnel
Publication : 31 mai, 2016 > par Mary Mazur | Catégorie(s) : R.H., Santé | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

L’asthme professionnel est causé par des agents présents dans le milieu de travail. Lorsque les agents sont inhalés, ils provoquent une réaction inflammatoire des bronches. Une difficulté à respirer, de la toux et des sifflements sont les principaux symptômes. Cet asthme survient le plus souvent chez des adultes qui ne souffraient pas d’asthme auparavant. Il affecte généralement les jeunes travailleurs, les symptômes se manifestant durant les premières années de l’exposition à l’agent causal.

Deux types d’asthme lié au travail

1. L’asthme professionnel avec période de latence

C’est la forme la plus fréquente. Ce type d’asthme, attribuable à un mécanisme allergique, est provoqué par un agent sensibilisant présent dans le milieu de travail. Il apparaît après plusieurs semaines, mois ou années passés à occuper le même poste, et c’est pourquoi on dit qu’il y a une période de latence. Cette période est nécessaire pour acquérir l’allergie.

Lire aussi: Le bureau n’est pas moins dangereux que le virus ebola

Au début, les crises d’asthme sont rythmées par les périodes de travail: l’état respiratoire s’améliore pendant les week-ends et les vacances. Généralement, ce rythme s’estompe avec le temps; l’asthme peut alors persister même lorsque la personne atteinte n’est pas au travail. On parle alors d’asthme chronique.

2- L’asthme professionnel sans période de latence

Plus rare, ce type d’asthme professionnel, connu sous le nom de syndrome d’irritation bronchique (SIB), se caractérise par l’apparition rapide de symptômes à la suite de l’exposition à de fortes concentrations de substances irritantes. Il entraîne une réaction aiguë et sévère. Cet asthme est de nature irritative. Il n’est donc pas causé par une allergie. Il ne témoigne pas d’une sensibilité à la substance ayant déclenché la crise, mais il cause une sorte de brûlure des bronches. Contrairement à l’asthme professionnel comportant une période de latence, une nouvelle exposition à de faibles concentrations de cette substance n’entraîne pas de symptômes respiratoires. Les travailleurs peuvent donc continuer à œuvrer dans le même milieu.

3- Peut-on soigner l’asthme professionnel?

Le traitement de l’asthme professionnel impose la suppression de tout contact avec l’agent responsable. Plus vite le travailleur arrête d’être exposé à l’agent causal, meilleures sont ses chances de guérison. Identifier l’agent en cause se révèle parfois complexe. Ensuite, il n’est pas toujours possible de supprimer l’agent sensibilisant sur le lieu de travail ou de déplacer le travailleur à un autre endroit. La personne est alors contrainte d’envisager un reclassement professionnel. Enfin, le travailleur a souvent peur de déplaire à son employeur ou de perdre son emploi. Il faut cependant savoir qu’il existe des programmes de réadaptation mis en œuvre par la CSST qui aident le travailleur à traiter l’asthme professionnel

Notis©2014


Étiquettes : , , , ,