L’INADEQUATION DES DIPLOMES
Publication : 18 octobre, 2015 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : R.H. | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Le cabinet comptable international, Ernst & Young (EY), a annoncé qu’il retirait les qualifications académiques de ses critères de recrutement: «L’expérience nous montre qu’il n’existe pas de  preuves concluant entre le succès universitaire et la réussite professionnelle», peut-on lire sur son site officiel.

Avec spirale de la dette engendrée par les frais de scolarité, les jeunes étudiants sont donc en droit de se demander si aller à l’université vaut vraiment la peine. En effet, les diplômes ont été pendant longtemps considérés comme le passeport garantissant un avenir brillant, sinon meilleur. Mais aujourd’hui, cela semble moins évident. Comme le confirme le rapport annuel de l’Organisation internationale du Travail (OIT). Selon ce rapport, dans certaines régions du monde, les jeunes les plus qualifiés ont plus de (mal) chance d’être au chômage.

Figure 1: Taux de chômage des jeunes par niveau d’éducation, 2012-2013

DEGREE

L’OIT explique ce résultat par deux facteurs. Tout d’abord, ceux qui ont fait des études supérieures ont tendance à provenir de milieux les plus favorisés. Ne vivant pas dans l’indigence et l’urgence, ils peuvent se permettre de refuser un poste de travail qui ne leur convient pas, quitte à entrer dans le monde professionnel plus tard. Deuxièmement, certains pays ne sont pas encore assez développés pour satisfaire à la demande des travailleurs hautement qualifiés.

Dans ce même rapport l’OIT constate une montée des jeunes travailleurs sous-éduqués ou mal préparés  pour assumer leurs obligations professionnelles.

Dans les pays à faible revenu, les jeunes sont trois fois plus susceptibles d’être sous-scolarisés que ceux des pays à revenu intermédiaire.

Figure 2: Qualification inadéquate de la jeunesse, 2012-2013

DEGREEFigure-21

La majorité des experts en recrutement, voire les enseignants, affirment que les diplômes supérieurs ne sont plus une garantie pour accéder à un bon emploi. Cependant, quelques voix à peine audible soutiennent encore qu’une éducation de haute qualité – en adéquation avec les exigences du marché du travail – demeure le chemin le plus sûr pour une carrière enrichissante. C’est le cas du plus célèbres « décrocheurs » de tous les temps, Bill Gates, qui a dit dans une entrevue parue dans le new York time : « Bien qu’ayant abandonné mes études et eu la chance de poursuivre une carrière brillante dans les logiciels, je crois que l’obtention d’un diplôme est le chemin le plus sûr qui mène au succès. »

Notis©2015


Étiquettes : , , , ,