LES CAUSES COMMUNES DE L’ECHEC A UN ENTRETIEN
Publication : 14 octobre, 2015 > par Mary Mazur | Catégorie(s) : R.H. | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Voici trois raisons (surprenantes) pour lesquelles vous pourriez être recalé à un entretien d’embauche, pour un poste pourtant taillé à votre profil :

  1. Le manque d’enthousiasme

La chose est évidente, mais souvent on l’oubli facilement. En effet, il peut être difficile de se rappeler de la nécessité de mettre un peu de vie et d’envie dans ce qu’on dit. L’enthousiasme comble le vide et fait souvent la différence. Il ne faut donc pas seulement dire, «Je veux vraiment ce job. » Prouvez le physiquement en vous penchant, en souriant et en hochant la tête, en parlant avec animation, en montrant de l’intérêt dans ce que dit l’enquêteur ou le recruteur ou examinateur, et en posant des questions adroites.

  1. Le manque de spontanéité

Certes, on peut prédire ce que les recruteurs recherchent. Toutefois, si vos réponses sont manifestement conçues pour leur plaire, ils se méfieraient de ce que vous avez dit.

Par exemple, si un examinateur vous demande: «Pourquoi voulez-vous travailler ici? » et que vous récitiez une page entière du livre intitulé «comment réussir un entretien d’embauche?», alors vous aurez l’air (au mieux) de manquer d’originalité, et (au pire) faire du faux.

Au lieu de réciter la «bonne» réponse, cherchez les compétences, les expériences et les intérêts que vous possédez qui cadrent avec le poste convoité, et parlez de ceux-ci. Vos réponses paraitront à la fois authentiques et naturelles.

  1. Le manque de feeling

Une entrevue a pour objet, non seulement de prouver que vous pouvez combler un besoin au sein de l’entreprise, mais aussi que votre interlocuteur épouse votre cause. Après tout, tout le monde est humain et l’affection ou la sympathie suscitée ne peut que renforcer une opinion favorable sur votre capacité professionnelle.

Il existe des trucs et astuces pour forger une connexion instantanée avec votre interlocuteur, comme par exemple:

Le miroir subtil de son langage corporel ;

L’instauration d’une pseudo-conversation en posant des questions tout au long de l’entrevue, et non pas uniquement à la fin ;

Accompagner les réponses de récit ou les argumenter en utilisant des données concrètes précises tirées de votre expérience personnelle;

Toutes ces techniques seront utilisées de telle sorte que votre interlocuteur se sente (consciemment ou inconsciemment) plus proche de vous.

Notis©2015


Étiquettes : , ,