POURQUOI CROIT-ON LES POLITICIENS?
Publication : 2 octobre, 2015 > par Mary Mazur | Catégorie(s) : Politique | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

A la question: pourquoi les politiciens mentent si souvent, exagèrent et déforment les faits? La réponse de Ronald E Riggio, auteurs de plusieurs œuvres de sciences sociales*, est simple : C’est parce que cela fonctionne! Les gens sont notoirement aveugles pour détecter le mensonge des vendeurs d’illusions. L’auteur cite quatre raisons qui nous poussent à croire la classe des menteurs professionnels.

La confiance béate.

Nous avons tendance à faire trop facilement confiance aux gens. Notre mécanisme psychologique- par défaut- est de croire plutôt que de ne pas croire (à moins que nous soyons spécialistes du sujet abordé ou des menteurs professionnels nous-mêmes). C’est cette prédisposition à croire qui fait de nous des cibles faciles pour les escrocs et les politiciens patentés.

La paresse cognitive

Lorsque nous entendons une déclaration enflammée d’un homme politique, nous ne faisons souvent pas (et ne voulons pas – surtout sil est notre homme) l’effort mental et physique de vérifier les faits. Avec ce parti pris, nous pensons : « il a dit, donc cela doit être vrai ! »

Le mensonge audacieux

En politique (et dans une certaine mesure dans la vie sociale), les gens sont susceptibles de croire au mensonge le plus extravagant ou audacieux, si la source est considérée crédible au minimal. Même si les politiciens sont sur les échelons inférieurs du professionnalisme « dignes de confiance », nous leur accordons immédiatement le bénéfice du doute. On se dit : « il semble tellement fou (ou passionné) qu’il doit certainement dire la vérité». Cette disposition est la conséquence de la paresse cognitive qui nous empêche d’aller au charbon pour vérifier les faits.

Gagner à tout prix

Les politiciens justifient leurs mensonges et distorsions en utilisant une sorte de « jeu » d’analogie (et non de déduction). De la même façon qu’un joueur de basket-ball ou de football justifie un «flop» par le mauvais état du terrain ou une faute non sifflé par l’arbitre, le politicien, lui, croit qu’il est autorisé à mentir ou déformer les faits, tout simplement parce que la fin justifie les moyens.

Alors, que devrons-nous -pauvres électeurs, citoyens et victimes consentantes- faire devant ces fabuleux falsificateurs? La réponse de Ronald E Riggio est tout aussi simple : Devenir des personnes plus éclairées. Vérifier les faits. Ne vous contentez pas croire que les gens qui sont au pouvoir disent la vérité en raison de leur position ou de leur autorité qui n’est qu’apparente.

Notis©2015

* Leadership Studies (Elgar, 2011), The Art of Followershipand The Practice of Leadership (Jossey-Bass, 2008, 2007), Applications of Nonverbal Behavior (co-edited with Robert S. Feldman; Erlbaum, 2005)…


Étiquettes : , , ,