FAITES UN DON !
Publication : 17 octobre, 2015 > par Mary Mazur | Catégorie(s) : Droit humanitaire, Finance-Comptabilité, Fiscalité, Santé | Commentaire(s) (2 commentaires)

Peu d’activités humaines rendent aussi heureux que la générosité. Tant et si bien que donner procure autant de bonheur qu’un doublement de salaire, selon Mickaël Mangot, économiste spécialiste… du bonheur !

En donnant, on se sent plus heureux

De nombreuses études montrent que le don influe très positivement sur les trois étages du bonheur : celui de court terme (émotions ressenties en temps réel), celui de moyen terme (satisfaction face à sa vie) et celui de long terme (bien-être psychologique profond). Peu d’activités humaines impactent si fortement ces trois dimensions. Seules d’autres activités altruistes, comme le bénévolat et les cadeaux, ont des effets comparables.

Quand on interroge les individus sur leur satisfaction de la vie, ceux qui donnent se disent plus satisfaits que les autres.

impotdonQuant au bien-être psychologique profond, il est exacerbé par le don dans la mesure où ce dernier dope l’estime de soi, la sensation de connexion aux autres, la sensation d’impact sur son environnement, la sensation de sens à sa vie et la sensation d’autonomie de ses décisions.

Si payer ses impôts a une utilité sociale comparable au don, cet acte ne procure pas le même bien-être car il n’est pas volontaire. Le côté forcé nuit à la sensation d’autonomie, donc au bien-être.

En donnant, on se sent plus riche

Une étude menée par les chercheurs américains Zoë Chance et Michael Norton montre en effet que donner accroit l’impression de richesse. Une autre étude menée en 2013 dans 136 pays conclu que donner a le même effet en matière de satisfaction de la vie qu’un doublement de revenus !

Il faut comprendre que la sensation de richesse ne dépend pas du montant dont on dispose mais de la capacité à utiliser librement son argent pour autre chose que des dépenses contraintes. Utiliser son argent pour quelqu’un d’autre donne l’impression d’en avoir suffisamment. En donnant, vous diminuez votre richesse objective mais vous boostez votre richesse subjective.

donotis2015

Le même phénomène s’observe avec le bénévolat : paradoxalement, ceux qui donnent de leur temps aux autres souffrent moins de stress temporel. En mettant leur temps au service des autres, ils ont moins l’impression d’en manquer.

Cependant, une motivation égoïste peut polluer un don : on ne se voit alors plus comme altruiste et l’effet sur le bonheur en pâtit. Pour impacter positivement le bonheur, le don doit être réalisé avec l’objectif de faire du bien aux autres. Pas à soi. Car le vrai bonheur est une quête oblique : il ne s’atteint pas de manière directe, il ne se trouve pas en le cherchant mais en s’engageant pleinement dans des activités qui le favorisent. Il ne faut pas donner dans le but d’être heureux, mais en donnant vous avez de fortes chances d’être plus heureux…

Notis©2015

Sources : « Heureux comme Crésus » (Ed. Eyrolles) par Mickaël Mangot


Étiquettes : , , ,

Articles similaires.