L’ART DE FAIRE FAIRE
Publication : 18 septembre, 2015 > par Mary Mazur | Catégorie(s) : Management | Commentaire(s) (2 commentaires)

L’externalisation, outsourcing ou sous-traitance permet à une entreprise de se concentrer sur son cœur de métier, de bénéficier de l’expérience et de l’infrastructure du partenaire, de son savoir-faire enfin d’ajouter de la flexibilité à son organisation. De plus, externaliser coûte globalement (services, support pris en compte) moins cher qu’une équipe interne.

On comprend pourquoi, sans aller jusqu’à parler d’engouement, cette pratique managériale est devenue si courante, même si ce n’est pas généralement l’option d’organisation choisie en première intention.

Coût et souplesse

L’externalisation  renvoie à trois constats simples :

* on maîtrise souvent mieux un fournisseur externe qu’un atelier ou une unité interne, parce qu’on dispose de moyens de pression beaucoup plus efficace, sur notamment les délais, et la qualité ;

* en cas de baisse d’activité, il est plus facile de se séparer d’un fournisseur que de licencier des salariés ;

* il est souvent beaucoup plus simple – réducteur de complexité – d’exiger une prestation externe que d’organiser soi-même un processus de production.

Outre les avantages perçus par ce triptyque, on note un regain très sensible de la dimension liée à la recherche d’un coût optimisé. En effet, même si les taux d’économie financière revendiqué par les prestataires sont maintes fois remis en cause, le résultat ne fait aucun doute: par rapport à un service interne, externaliser est moins couteux.

Autres avantage: la souplesse. En externalisant les services comptables par exemple, le PDG d’une société ne dispose certes pas de son directeur financier dans le bureau d’à côté. Mais, ce dernier peut consacrer plus ou moins de temps à cette entreprise selon les besoins. Sans oublier, qu’à tout moment, sous réserve du respect des accords, le client peut rompre le contrat.

Cœur de métier

Les études sur l’externalisation montre clairement que les entreprises en général n’externalisent quasiment que des fonctions annexes et presque jamais leur cœur d’activité. Car cette pratique permet justement de se recentrer sur son métier d’origine. C’est là une des raisons principales qui poussent à faire le choix de l’Outsourcing en temps de crise: pour être performant, mieux vaut se concentrer sur le produit.

outsourcing02

Cependant l’outsourcing n’est pas seulement une attitude défensive à adopter face aux difficultés financières ou des problèmes de recrutement. Ce choix peut également être stratégique et accompagner une démarche offensive pour améliorer les performances par exemple. Les sociétés ayant recours à ce procédé en attendent  des résultats rapides. Puisque ces prestataires sont des spécialistes dans leur domaine, ils doivent être capables de trouver des recettes que la société ne connaît pas.

L’externalisation expose à de nombreux risques : la perte de maîtrise des compétences au sein de l’entreprise, la dépendance vis-à-vis du prestataire,  les coûts cachés, la perte de la confidentialité d’informations sensibles, la diminution des salaires versés aux employés…

Par conséquent, pour réussir son externalisation, il faut bien évidemment tenir compte de ces risques, savoir choisir son partenaire, s’assurer que ce dernier connait bien le secteur et les circuits de distribution.

Notis©2015

Sources : «Le nouveau monde industriel » (Ed. Gallimard) par P.Veltz


Étiquettes : , , , , , ,