L’ARGENT DU CHEF
Publication : 13 septembre, 2015 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Finance-Comptabilité | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Pages : 1 2

Tout entrepreneur est censé bien gérer l’argent généré par son entreprise.Cette discipline financière doit également être de rigueur hors du cadre professionnel. Un chef d’entreprise qui met de l’ordre dans ses finances personnelles, protège sa famille, éloigne le stress et gagne plus de temps pour se concentrer sur la gestion de son entreprise. Pour ce faire, il lui faut prendre des mesures pour assainir l’état de ses propres finances.

  1. Séparation de comptes.

Si vous êtes un nouvel entrepreneur, vous pourriez tomber dans le grand panneau de la confusion des comptes personnels et comptes d’affaires. Il peut paraître commode de combiner tous ces comptes, mais il sera difficile de maintenir la trace de la ligne qui les sépare.

Mettre les chèques, les épargnes et les cartes de crédit dans des comptes distincts signifie réduire l’assiette des impôts et donc payer moins d’impôts. Dans certains cas, la séparation des actifs réduit le risque de tout perdre si quelque chose de négatif venait à se produire, engageant votre responsabilité. Les (très) petites et moyennes entreprises sont généralement engagées sur des routes sinueuses et incertaines qui débouchent sur ce genre de catastrophe.

  1. Revenus, dépenses et flux de trésorerie.

Vous devez savoir -avec certitude et à tout instant- si oui ou non votre entreprise gagne ou perd de l’argent. Une fois de plus, il en est de même en ce qui concerne  vos finances personnelles. Vous pouvez obtenir cette clarté par le suivi de vos revenus, les dépenses et les flux de trésorerie. Si vos dépenses dépassent régulièrement le salaire versé par l’entreprise, il faut prendre un ou des changements le plus tôt possible.

En tant qu’entrepreneur, vous avez probablement un revenu variable. Voilà pourquoi vous devez prendre le temps de planifier votre flux de trésorerie. Les flux de trésorerie peuvent être serrés quand une dépense importante et un mois de faible revenu s’abattent simultanément sur vous. Il est essentiel de savoir non seulement combien vous gagnez et dépensez, mai aussi le moment où les revenus et les dépenses apparaîtront.

Jetez un œil sur le tableau de bord de sorte de voir si vous devez enregistrer à l’avance un gros achat. En prêtant attention à la fois à votre flux de revenus et les dépenses, il sera plus facile de répondre à vos obligations mensuelles et bannir certains plaisirs inutiles.

  1. Budget à revenu variable.

La gestion des flux de trésorerie sur un revenu variable n’est pas une tâche simple. Mais, le budget contribue à rendre cette tâche plus facile.

Séparez vos dépenses en dépenses nécessaires, discrétionnaires, à court terme et l’épargne à long terme. Vous aurez ainsi une cible de revenu mensuel. Si jamais vous avez un mois de faible revenu, vous saurez exactement ce que vous devez payer comme factures. Ensuite, vous pourriez allouer le reste en fonction de vos priorités.

  1. Fonds d’urgence.

En tant qu’entrepreneur, vous aurez probablement quelques mois où vous dégagerez moins de cash que prévu. Votre fonds d’urgence est votre première défense contre un revenu qui alterne de mois en mois avec des périodes lentes ou chargées.

La règle générale est que vous gardiez au moins trois à six mois de dépenses enregistrées. Si votre revenu est plus volatile, vous seriez à la merci des risques. Cela signifie qu’il faut prévoir un fonds de garantie d’urgence plus conséquent. Son but sera de pouvoir sauver la valeur des dépenses de six à 12 mois, afin de vous protéger contre les imprévus.

  1. Comptes de retraite.

Même si vous n’êtes pas un employé à part entière, vous avez besoin d’épargner pour votre avenir. En fait, il est d’autant plus critique de le faire que vous travailler plus que de raison. Profitez de votre argent durement gagné en le plaçant dans des comptes de retraite fiscalement avantageux. Vous pouvez commencer par ranger certains revenus dans un compte de retraite individuel ou traditionnel. Si vous êtes un travailleur autonome, vous pouvez également cotiser en Solo (par capitalisation). Si votre entreprise a juste un peu d’employés, ou si vous êtes travailleur autonome, vous pouvez aussi choisir de cotiser à un régime de retraite des employés simplifié (si la loi le permet). Toutes les combinaisons de contributions sont bonnes pour assurer une fin paisible.

  1. Protection financière.

Comme propriétaire d’une entreprise, il y a beaucoup de risque. Si vous disparaissez, devenez invalides ou même commettez une faute professionnelle, votre entreprise et vos biens personnels pourraient soudainement pâtir. Protégez votre revenu en souscrivant une bonne assurance.

Pages : 1 2


Étiquettes : , , , , , , ,