LE DECLIN DU MARIAGE
Publication : 13 août, 2015 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Société | Commentaire(s) (Un commentaire)

Selon une statistique constante, le mariage n’est pas seulement malade, mais il est aussi en train de disparaître. Ces dix dernières années, le nombre de mariages civilement célébrés a continué de diminuer. C’est une chute libre de 40% depuis le début des années 1970. Par ailleurs, on se marie aujourd’hui plus tard qu’avant. L’avènement des « nouvelles couleurs » de mariage n’a donc pas enraillé ce cuisant déclin.

Une armée de femmes accuse les hommes d’être à l’origine de la débâcle : « Quand il s’agit de mariage, les hommes sont en grève », disent-elles en chœurs. Pourquoi? « Parce que les récompenses sont insignifiantes comparativement au coût et aux dangers que génère le mariage », a répondu le Dr Helen Smith, auteur du livre intitulé « Pourquoi les hommes ont décidé de boycotter le mariage* ».

Tout à perdre

«En fin de compte, les hommes savent qu’ils vont perdre leurs amis, leur dignité, leur espace de liberté, leur vie sexuelle, leur argent et – si tout va mal – leur famille », a expliqué le Dr Helen Smith dans son livre.

Les hommes modernes semblent avoir tiré les leçons des erreurs de leurs devanciers. Comme l’écrit Helen Smith « ils ne veulent pas entrer dans un contrat légal avec quelqu’un qui pourrait effectivement prendre la moitié de leur épargne, leur retraite et leurs biens, lorsque la période de lune de miel sera terminée ».

Lorsqu’un homme d’affaires, nommé x, a épousé sa première femme, nommée y, en 2003, il pensait que c’était pour toujours. Elle a immédiatement décidé de renoncer à travailler pour devenir femme au foyer, se consacrant à faire des shoppings. Quand ils se séparèrent seulement deux ans et neuf mois plus tard, il fut contraint de lui verser une indemnité colossale, y compris la maison acquise avec ses propres deniers, une somme forfaitaire conséquente, en guise de pension alimentaire. Et cela malgré qu’ils n’aient pas eu d’enfant communautaire !

Cet exemple est un cas d’école que ruminent les sportifs payés à un haut niveau. On peut citer le cas de cet ancien footballeur qui a tout perdu lors de son divorce au profit de son ex-épouse, parce qu’elle l’a « encouragé » à être un bon milieu de terrain pendant leur mariage.

Lire aussi : Le choix

Aujourd’hui, épouser un homme avec un compte en banque bien garni est le rêve de toutes les jeunes femmes. Elles ne lésinent pas sur les moyens pour accrocher les yeux des footballeurs riches et mal instruits : maquillage, chirurgie… Pourquoi cette mise en scène grossière? Parce que c’est mieux que de se lever à 7 heures et faire le trajet quotidien vers un travail contraignant et peu rémunéré.

Le ras-le-bol

Lorsque le mariage est terminé, il est temps pour la femme de passer à la « caisse ». Ce moment est d’autant plus attendu que les juges sont réputés favoriser l’épouse dans le partage des biens.

La situation de l’homme est encore intenable lorsque le mariage a engendré des enfants. Dans l’ancien temps, les hommes obtenait généralement la garde des enfants en cas d’une scission du ménage – non pas en raison d’un privilège, mais parce qu’ils étaient financièrement plus responsables que les femmes. Aujourd’hui, la situation a radicalement changé : les femmes obtiennent la garde des enfants dans 98% des cas.

En revanche, les hommes sont condamnés à verser des pensions alimentaires jusqu’à la fin de leur vie et parfois pour des enfants qui ne sont pas les leurs.

Devant une telle réalité que doit faire un homme? «S’il est déterminé à se marier, il doit obtenir un contrat prénuptial organisant la répartition des biens en cas de divorce ou  ne pas se marier, surtout s’il est dans une perspective de gagner beaucoup d’argent », répond un avocat spécialisé dans les divorces.

Lire aussi: Le contrat prénuptial

Après des décennies d’intimidation, les hommes sont fatigués. Fatigués de se faire engueuler. Fatigués de se faire manipuler. Fatigués d’être accusés du malheur des femmes.

Les femmes n’ont pas fait que menacer les hommes, elles les ont irrités.

C’est pourquoi, aujourd’hui « les hommes ont besoin du mariage comme un poisson a besoin d’un vélo ».

Notis©2015

*Men on Strike: Why Men are Boycotting Marriage, Fatherhood, and the American Dream—and Why It Matters, by Helen Smith


Étiquettes : , , , , , , ,

Articles similaires.