L’ACTIVITE RELIGIEUSE MENE AU BONHEUR DURABLE
Publication : 16 août, 2015 > par Mary Mazur | Catégorie(s) : Croyances, Politique | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Les gens qui se joignent à une organisation religieuse – que ce soit une église, une synagogue ou une mosquée – ont une meilleure santé mentale que ceux qui participent aux activités d’un parti politique. L’appartenance à un groupe religieux serait également plus bénéfique que l’adhésion à une équipe de sport, d’éducation, de travail ou de charité, selon des chercheurs de la « London School of Economics and Political Science ».

Leur étude, qui a duré quatre ans, a passé au crible 9000 personnes âgées de plus de 50, en provenance de plusieurs pays à travers l’Europe. Les universitaires de la LSE ont tenté, à travers cette recherche d’identifier les effets des activités sociales sur l’humeur des gens.

La principale conclusion de l’étude est que l’adhésion à une organisation religieuse est le meilleur moyen de lutter contre la dépression.

happiness01

Lire aussi: La religion contre la dépression

Toutefois, les chercheurs de la prestigieuse école d’économie et des sciences politiques de Londres ont dit ne pas savoir exactement si c’est la foi ou le sentiment d’appartenance à une communauté religieuse qui produit un tel effet. Cependant ils sont certains que la fréquentation d’une église ou d’autres lieux de cultes religieux produit un avantage significatif à long terme, contrairement aux autres organisations sociales qui, elles, produisent l’effet inverse.

Les personnes qui rejoignent les groupes politiques et autres communautaires non religieuses ont tendance à montrer au début une amélioration de leur santé mentale, mais ensuite elle baisse sur le long terme.

Selon le Dr Mauricio Avendano, spécialiste des systèmes politiques de santé, la seule activité menant au bonheur durable consiste à fréquenter assidûment une église, une synagogue ou une mosquée. «L’église semble jouer un rôle social très important -à la base comme en amont- dans la lutte contre la dépression », a-t-il dit.

Une autre recherche menée par le Centre médical de l’Université Erasmus aux Pays-Bas, n’a pas trouvé les avantages similaires en ce qui concerne la pratique régulière d’un sport d’équipe et la participation à d’autres activités sociales. «Les participants à l’organisation collective d’une activité non religieuse ont un sens plus élevé de la récompense dans un premier temps. Mais, sur le long terme, ils ne reçoivent pas beaucoup en retour. Par conséquent, ces avantages peuvent s’user après un certain temps, » a déclaré le Dr Avendano.

dalaislide

Lire aussi: La religion doit-elle influencer la politique?

«Nos résultats suggèrent que les différents types d’activités sociales ont un impact sur la santé mentale chez les personnes âgées, mais la force et la direction de cet effet varie selon le type d’activité menée. Une des conclusions les plus surprenantes est que, bien que la santé des gens soit plus ou moins du bénévolat, nous n’avons rien trouvé qui prouve que le bénévolat soit une meilleure voie pour la santé mentale. Il se peut que les avantages soient contrebalancés par d’autres impacts négatifs du bénévolat, comme le stress », a-t-il conclu

Notis©2015

Sources: The American Journal of Epidemiology


Étiquettes : , , , , , , , ,