POURQUOI CERTAINS SALARIES GAGNENT PLUS QUE D’AUTRES
Publication : 2 juin, 2015 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : R.H. | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Les chasseurs de tête ou experts en ressources humaines mettent en avant le niveau d’étude et l’expérience : « les travailleurs ayant plus de diplômes et plus d’expériences ont des salaires plus élevés », soutient-ils. Les économistes, eux, explique cette différence de traitement par la productivité : « plus un travailleur est productif, plus son salaire est élevé ». Mais il y a plus que cela. En effet, il arrive souvent que deux salariés du même sexe, ayant une éducation identiques, la même expérience et le même niveau de QI ne soient pas dans la même catégorie salariale.

Le rôle déterminant de la personnalité

Une littérature abondante montre une liaison directe et continue entre la personnalité, le salaire et la productivité. Par exemple, une étude a montré que les traits de caractère tels que la conscience et la névrose sont significativement liés à la productivité des travailleurs. Il est de notoriété publique que les gens les plus consciencieux et émotionnellement stables sont plus productifs et donc susceptibles de gagner plus pour les tâches qui leur ont été assignées.

Cette étude a été réalisée dans des conditions contrôlées afin d’exclure d’autres canaux par lesquels la personnalité peut avoir une incidence sur les salaires, comme le choix d’une profession, la capacité de négocier une augmentation, comment un superviseur évalue la performance ou même l’interaction entre collègues.

Cette dissociation est importante. Par exemple, nous savons que les travailleurs qui sont plus agréables, plus sociables ont généralement des salaires plus bas. Mais étant donné que les individus les plus agréables ont tendance à être plus confiants, empathique et altruiste, ils pourraient gagner moins parce qu’ils sont des pires négociateurs, et non parce qu’ils sont effectivement moins productifs.

Donc, les personnes plus consciencieuses et émotionnellement plus stables ont des salaires plus élevés. Rien de sorcier à cela, car les travailleurs consciencieux et émotionnellement stables savent quoi faire de leur salaire et sont particulièrement attentifs aux dépenses de la vie réelle.

Lire aussi : L’égalité salariale entre hommes et femmes n’est pas pour demain

Il a également été constaté des différences notables selon le sexe. Les femmes ont, en effet, tendance à être plus névrotique que les hommes – elles sont moins stables émotionnellement, sont plus anxieuses et soumises à des changements d’humeur. Lorsqu’elles s’ouvrent à de nouvelles expériences professionnelles, les femmes ont tendance à se débarrasser de la névrose – qui entrave leur performance par rapport aux hommes. N’empêche que les femmes, qui ont tendance à être imaginatives et productives ne bénéficient pas d’un salaire élevé.

Lire aussi : L’écart entre les hommes et les femmes demeure

Enfin, les femmes plus extraverties sont aussi moins productives, alors que l’inverse se vérifie chez les hommes. Cette différence est probablement dû au fait que la notion « extraverti » ne signifie pas la même chose chez l’homme et la femme. Par exemple, les hommes extravertis sont généralement plus ambitieux et autoritaire, tandis que les femmes ont tendance à être extraverti pour masquer une lacune, une faiblesse qui dénote un réflexe grégaire.

payequal

Le recrutement de la personnalité

Pourquoi est-il si important de savoir ce qui rend certaines personnalités plus productif? Tout simplement parce que le concept de «la personnalité » prend une place de plus en plus importante dans le recrutement du personnel. Les employeurs citent souvent la personnalité et l’aptitude comme deux des facteurs les plus importants à l’embauche.

Le monde politique marque également son attrait pour la personnalité. Les interventions visant à façonner la personnalité à un âge précoce sont devenues très décisives dans le monde de la politique.

Les parents et les éducateurs en général peuvent influer sur l’intelligence et les aptitudes cognitives au cours d’une période relativement courte. Mais, une fois que les enfants atteignent l’âge de dix ans, toute intervention cognitive à l’école ou ailleurs est beaucoup moins susceptibles d’avoir un impact significatif.

En revanche, la personnalité est malléable pendant une période de temps plus longue. Pour fournir une base de décisions à portée politique, il faut savoir ce que les acteurs de la vie publique veulent vraiment: créer des travailleurs plus productifs? Ou tout simplement des meilleurs négociateurs de salaires? Il est bon de savoir s’ils veulent un gros gâteau ou tout simplement un gâteau divisé en part égale ou différemment.

Notis©2015


Étiquettes : , , , , , ,