LA MAGISTRALE «DÉMISSION» DE SEPP BLATTER
Publication : 4 juin, 2015 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Politique, Sport | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Sepp Blatter a défié toutes les attentes en annonçant son intention de démissionner de la présidence de la FIFA, après 17 ans passés à la barre. Malgré les nombreux scandales qui affligent l’organisation, il a tenu et remporté quatre élections successives. Il semble que le long bras de la justice américaine ait finalement atteint assez proche du cœur de la FIFA pour forcer son chef à démissionner. La FIFA  fait partie de la vie de Blatter qui fait partie de l’histoire cette institution à laquelle il a consacré 40 années de son existence. Mais,  ce n’est pas fini. Car, de manière significative, le « petit » homme n’a pas employé vertement le terme « démission » lors de sa brève conférence de presse. D’une parfaite maitrise, il n’a  donné aucun signe de fin certaine. Dans le passage clé de son annonce, il a déclaré: «Je décidé de remettre mon mandat en jeu lors d’un congrès extraordinaire élective. Je vais continuer à exercer mes fonctions de Président de la FIFA jusqu’à cette élection».
L’inversion des rôles
En d’autres termes, Sepp Blatter  nous a gratifié un drible qui rappelle ceux que Leo Messi réalise sur les terrains de football. Alors que ses adversaires sont occupés à se battre après l’avoir combattu pour lui succéder, il semble qu’il va lui-même planter les graines de sa succession.
Dans sa brève annonce il y a des éléments qui devraient mettre une bémol à l’enthousiasme de ses adversaires. Sepp Blatter a suggéré que le comité exécutif doit être réduit en taille et ses membres « devraient être élus par le Congrès de la FIFA ». Cela ressemble à un stratagème pour retirer les membres supplémentaires qui ne sont là que pour des raisons historiques. Au premier rang de ceux-ci, les membres issus de l’Angleterre, en raison l’idée que ce pays serait le lieu de la naissance du football.

???????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

Lire aussi : un beau sport dans de sales drap
Blatter a préconisé le changement en disant que: « Les contrôles d’intégrité pour tous les membres du comité exécutif doivent être organisés de manière centralisée par la FIFA et non par les confédérations. » Ceci est une autre pièce maitresse de « la politique blatterienne ». En effet, en centralisant les contrôles au sein de la FIFA, attribue plus de puissance à l’organisation – au détriment des confédérations régionales. Cela peut être considéré comme un coup qu’il porte à l’UEFA, dont les hauts membres n’ont pas caché de jeter le discrédit sur la moralité de Blatter et sa clique. On le sait Blatter était en colère contre son ancien partisan, le président de l’UEFA Michel Platini, qui avait menacé de boycotter la Coupe du Monde de 2018.
Le vieux renard
dans sa brève intervention Monsieur Blatter suggère la limitation de la durée du mandat du poste de président et l’accroissement du pouvoir du comité exécutif. En procédant ainsi, il cherche déjà à neutraliser son éventuel successeur.
Les fans et observateurs du monde de football ne devraient donc pas présumer que ce sera la dernière pour Sepp Blatter. Nous verrons encore Monsieur Blatter ! Il est à noter que l’article 19 des statuts de la FIFA stipule explicitement: «Le Congrès peut décerner le titre de président d’honneur, vice- président honoraire ou de membre honoraire à tout ancien membre du Comité exécutif pour service méritoire au football. » Pour avoir défendu avec succès sa présidence, ne mérite-t-il pas un rôle honorifique? Son prédécesseur, João Havelange, (qu’il a poussé magistralement à la porte en 1998) a été élu président d’honneur malgré les allégations de corruption.
Sepp Blatter reste un vieux renard rusé. On ne reste pas au sommet de la pyramide de la FIFA pendant si longtemps sans savoir manœuvrer les hommes et les institutions.

Notis©2015

Crédit photo: AFP/ VALERIANO DI DOMENICO


Étiquettes : , , , , , ,