LE REVERS DE L’EXCES DE CONFIANCE
Publication : 5 juin, 2015 > par Mary Mazur | Catégorie(s) : Management | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

La marque distinctive de tout grand leader réside dans sa capacité de transmettre la confiance, c’est à dire, le sentiment que rien n’est insurmontable ici-bas. Il suffit de regarder des films populaires pour constater à quel point la confiance en soi est la caractéristique universelle du leadership efficace : James Bond, Indiana Jones, Super man, Django… ne montrent aucune crainte ni hésitation; bien au contraire, il respire, transpire et inspire la certitude et la confiance. Malheureusement, dans le monde des affaires, ces genres de personnage ont peu de chance de réussir.

L’aveuglement

La confiance aveugle en soi conduit à des erreurs et des occasions manquées. C’est ainsi que beaucoup de grandes entreprises ont raté des grandes acquisitions qui leur auraient permis de rester en tête de peloton. Passant tout le temps à perfectionner l’ancien système qui ne fonctionne plus, elles ont pataugé dans l’ignorance de la nouvelle vague.

Bien entendu, la confiance en soi n’est pas une mauvaise chose en soi ; elle est essentielle, au même titre que l’ouverture d’esprit et la flexibilité.

Lire aussi: Les dessous de la confiance

La confiance n’est pas suffisante en soi. Cela signifie qu’avec trop de confiance en soi on commence à manquer des signes avant-coureurs que l’on pourrait avoir tort. D’habitude, les gens omettent ces signes parce que, pour eux, il n’en existe tout simplement pas. La possibilité qu’ils pourraient avoir tort est un concept étranger.

La familiarité

La confiance en soi peut donner de meilleurs résultats lorsqu’elle se déploie sur des questions ou dans des domaines de prédilection. En revanche, l’ouverture d’esprit et la souplesse sont essentielles lorsque qu’on est sur un terrain inconnu.

Une entreprise qui exerce son expertise dans un domaine donné ne peut pas le transférer dans des domaines non liés. Malheureusement, beaucoup de gens pensent souvent que cela fonctionne de cette façon. Ainsi, le chef du service commerciale se croit un expert en technologie; le professeur en économie pense qu’il peut administrer l’université mieux que les membres de l’administration; un athlète étoilé soulève ses trophées de champion pour prétendre au poste de ministre du sport….

L’humilité

Quand l’échec survient pour cause d’excès de confiance, il faut envisager et adopter son contraire : l’humilité. Le leader humble mais compétent attend que les autres personnes lui apportent des idées qui leur tiennent à cœur et donnent le meilleur d’eux-mêmes. Non seulement l’humilité permet à tous les étoiles de briller, mais aussi elle conduit souvent à de meilleures décisions réfléchies en puisant dans le savoir-faire de chacun.

dunk_basketball_nba_derrick_rose

Toutefois l’humilité excessive, tout comme une confiance en soi excessive, conduit souvent à des déroutes.

Dans de nombreux domaines de la vie, l’instinct de tueur est nécessaire. La concurrence est de gagner, et une touche d’arrogance n’est pas une si mauvaise chose. Un célèbre basketteur de la NBA, a été décrit par son entraîneur comme « humble et arrogant ». Il est en effet possible de combiner les deux contraires. L’astuce consiste à trouver les bons moments pour présenter chaque côté de ce répertoire contradictoire du leadership. Cela est valable dans tous les domaines où la concurrence est au plus haut niveau – dans les sports et en affaires.

La confiance en soi est essentielle et l’humilité est précieuse. Il faut prendre appui sur l’un ou l’autre ou les deux à la fois pour rebondir sans arrêt.

Notis©2015


Étiquettes : , , , , , , , , , ,