ALLER AU TRAVAIL A PIED REMONTE LE MORAL
Publication : 5 mai, 2015 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : R.H., Santé, Sport | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Des chercheurs de l’University of East Anglia ont suivi 18 000 Britanniques de plus de 18 ans pendant une décennie et ont compilé des données sur leur santé psychologique (tristesse, découragement, sommeil agité) tout en prenant en compte des facteurs qui peuvent jouer sur leur bien-être (niveau des revenus, situation matrimoniale, statut professionnel…). Résultat : ceux qui se rendent au travail en marchant ou à vélo sont plus aptes à se concentrer et se sentent moins sous pression que ceux qui viennent en voiture.

On connaissait les bienfaits pour la santé de pratiquer au moins trente minutes de vélo ou de marche tous les jours. Sur la base des conclusions de cette nouvelle recherche, on peut aussi dire que les modes de déplacement « doux » permettent de se sentir mieux dans sa tête.

BikeRoad_notis-consulting.net

Autre enseignement qui a particulièrement surpris les auteurs de l’étude, cette assertion est aussi vraie pour les usagers des transports en commun. « On pourrait penser que la foule ou les interruptions de service sont des sources de stress importantes. Mais comme le train ou le bus donnent aussi aux gens l’occasion de se reposer, de lire ou de socialiser et que, en général, il faut marcher jusqu’à sa station, ce sont des moments qui requinquent », note Adam Martin, co-auteur de ladite enquête.

danslebus-notis-consulting

La durée des temps de trajet est aussi un facteur important. « Plus on passe de temps dans sa voiture, plus notre état psychologique se détériore. À l’inverse, de longues marches sont l’occasion pour les individus de se sentir mieux », a-t-il ajouté. Au-delà des enjeux environnementaux, les scientifiques suggèrent donc qu’une politique favorisant les moyens de transport alternatifs serait salutaire pour le bien-être psychologique du plus grand nombre.

Notis©2015

Sources: “Does active commuting improve psychological wellbeing? Longitudinal evidence from eighteen waves of the British Household Panel Survey”, publiée dans le journal Preventive Medicine


Étiquettes : , , ,