L’INTELLIGENCE EMOTIONNELLE
Publication : 13 mai, 2015 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Management | Commentaire(s) (3 commentaires)

L’intelligence, la ténacité, la détermination et la vision sont, entre autres, qualités du leader idéal. Un certain degré de compétence analytique et technique est une exigence minimale pour devenir un Leader. Ce qu’on appelle «l’intelligence émotionnelle» serait l’attribut clé qui distingue le leader des simples techniciens ou exécutants de tâches ordinaires. L’intelligence émotionnelle se compose de cinq éléments: la conscience de soi, l’autorégulation, la motivation, l’empathie et la compétence sociale. Tous ces traits sont accessibles à tous. Malheureusement, l’Établissement décourage implicitement leur développement au sein de la population.

1. La conscience de soi.

L’intelligence émotionnelle commence par ce caractère. Les personnes ayant un haut degré de conscience d’elles-mêmes, connaissent leurs faiblesses et n’ont pas peur d’en parler.

Lire aussi : Faut-il étaler ses lacunes ?

Quelqu’un qui comprend qu’il n’est pas à l’aise dans un secteur donné, par exemple, va travailler dur pour planifier soigneusement son temps afin que ses collègues sachent qu’il est le capitaine dont ils rêvent.

2. L’autorégulation

L’autorégulation ou la discipline est un attribut qui découle de la conscience de soi, mais se manifeste de façon différente. Les personnes ayant ce trait de caractère sont en mesure de contrôler leurs impulsions afin de les canaliser à de bonnes fins.

Lire aussi : Apprendre à se connaitre

3. La motivation

La volonté de réaliser un objectif pour le simple plaisir -et non la capacité de répondre aux exigences et incitations d’une entreprise- est le genre de motivation qui est essentiel pour le leadership.

Lire aussi : La motivation

4. L’empathie.

En plus de la maîtrise de soi, l’intelligence émotionnelle nécessite une prédisposition à traiter avec les autres. Et cela commence avec l’empathie –qui signifie qu’on tienne compte des sentiments des autres avant de prendre des décisions qui engagent la communauté.

5. La compétence sociale

Ce traits découle du précédent: c’est la capacité de créer des liens avec les autres, de les amener à coopérer, de les déplacer dans une direction qu’on souhaite. Les gestionnaires ou meneurs de troupe qui tentent simplement d’être sociable- tout en négligeant les autres composantes de l’intelligence émotionnelle-sont voués à l’échec. En revanche, la compétence sociale peut combler les autres caractéristiques de l’intelligence émotionnelle. C’est la convivialité, l’élément qui donne vie à un but, un projet commun.

Notis©2015


Étiquettes : , , , , , , , ,