Le pouvoir d’achat en berne, jusqu’en 2017
Publication : 6 janvier, 2015 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Economie | Commentaire(s) (Un commentaire)

Globalement, les « nouveaux prolétaires » ont perdu une décennie. Cette «décennie perdue» est la conséquence des salaires qui ont, soit baissé, soit augmenté plus lentement que le prix d’indice de la consommation. Selon le cabinet d’analyse et de prévision économique, Ernst & Young, les gains moyens en 2017 seront inférieurs de 5% comparativement à 2008. Pour cause d’inflation, les travailleurs devront attendre 2017 pour voir poindre une légère augmentation sur leur bulletin de paie, mais sans que cela n’affecte leur pouvoir d’achat, de façon substantielle.

Lire aussi : la négociation de salaire

L’un des prévisionnistes du célèbre cabinet a déclaré: « Les ménages sont confrontés à une décennie de décroissance des salaires. Cela signifie que la croissance des dépenses de consommation demeure faible par rapport aux normes historiques. Un nombre important de ménages a vu ses revenus augmenté parce que les gens sont de nouveau au travail, mais les individus n’ont pas d’argent supplémentaire dans leurs poches. Nous prévoyons que cette tendance se poursuivra encore pendant plusieurs années. C’est la conséquence du ralentissement de la consommation… »

Cela étant, il n’y a pas lieu de chercher à jeter la pierre à tel ou tel gouvernement de tel ou tel bord, car il s’agit d’une réalité globale. Cependant, Il est évident qu’à la fameuse question du Président Ronald Reagan :  » Etes-vous mieux lotis que vous l’étiez il y a quatre ans ? « , une majorité écrasante de travailleurs répondront : « NON ! ».

Il faut une croissance plus forte et une meilleure régulation (qui n’est pas forcément une réglementation) du marché du travail pour que les fruits de la reprise soient effectivement partagés équitablement.

Lire aussi : augmenter les bas salaires !

Notis©2015


Étiquettes : , ,