Le nombre de milliardaires a plus que doublé
Publication : 30 octobre, 2014 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Economie | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Le nombre de milliardaires a doublé depuis le début de la crise financière, selon un nouveau rapport de l’organisation internationale anti-pauvreté, Oxfam. Ainsi dans le monde entier, les riches deviennent de plus en plus riches, au détriment des centaines de millions de personnes qui s’enfoncent dans le «piège de la pauvreté ». Oxfam constate que désormais «l’inégalité échappe à tout contrôle». Le rapport dit que le nombre de milliardaires dans le monde, estimés aujourd’hui à 1 646, a plus que doublé depuis la crise financière de 2009. Oxfam en conclu que « la grande majorité » ne profite pas des avantages du retour -avéré ou supposé-de la croissance économique.

Une inégalité extrême

Depuis 2009, un million de femmes sont mortes en donnant la vie, en raison du manque de soins de santé de base. Sans oublier que des millions d’enfants sont actuellement exclus de ​​toute forme d’éducation. Le rapport a également constaté que les 85 personnes les plus riches du monde ont la même richesse que la moitié de la population mondiale.

Oxfam estime qu’il y a maintenant 16 milliardaires de pauvres en Afrique sub-saharienne, où vivent 358 millions de personnes dans une extrême pauvreté.

Mark Goldring, Directeur d’Oxfam, a déclaré: «L’inégalité est l’un des problèmes majeurs de notre époque. Dans un monde où des centaines de millions de personnes vivent sans accès à l’eau potable et sans assez de nourriture pour nourrir leurs familles, une petite élite monopolise la richesse. Les conséquences de l’extrême inégalité sont nocifs pour tout le monde – il prive des millions de personnes de meilleures chances dans la vie et favorise de la criminalité sur les carburants, la corruption et même des conflits violents. En d’autres termes, l’extrême inégalité freine les efforts pour mettre fin à la pauvreté ».

Avant le rapport d’Oxfam, l’organisation de coopération et de développement économiques a déclaré que l’inégalité mondiale était à son pire niveau depuis 1820. Il a déclaré que le «fossé» entre les riches et les pauvres dans le monde a été l’un des développements les plus «préoccupants» de ces deux derniers siècles.

Une inégalité nocive pour tous

En réponse à cette inégalité croissante, des organisations non gouvernementales appellent les gouvernements à lutter contre l’évasion fiscale, investir dans les services publics faire voter et exécuter les lois sur l’égalité salariale afin de donner aux femmes une «juste place» et un salaire décent à tous les travailleurs.

Refusant les accusations de politisation du débat sur la pauvreté dans le monde, Oxfam indique dans son rapport qu’il est «nécessaire de récompenser le mérite à sa juste valeur». Il met aussi en avant le consensus autour de l’idée que les niveaux extrêmes d’inégalité sont économiquement et socialement dommageables pour tous.

Selon M. Andrew Haldane, gouverneur de la Banque d’Angleterre: «en mettant en évidence le problème de l’inégalité, Oxfam ne parle pas seulement pour les intérêts des personnes les plus pauvres, mais aussi pour l’intérêt collectif, au sens large: il existe des preuves irréfutables que l’inégalité extrême nuit durablement et de manière significative à la stabilité du système financier et la croissance de l’économie. Elle ralentit le développement du capital humain, social et physique nécessaire pour l’élévation du niveau de vie et l’amélioration du bien-être ».

Six mois plus tôt, Monsieur Haldane avait averti que le capitalisme courait le risque de s’autodétruire si les banquiers n’assumaient pas leur obligation morale de créer une société plus juste. « De même que toute révolution mange ses enfants, le fondamentalisme d’un marché incontrôlée peut dévorer le capital social, essentiel pour le dynamisme à long terme du capitalisme lui-même», a-t-il dit.

Notis©2014


Étiquettes : , , , ,