Ange protecteur, mythe ou réalité?
Publication : 5 octobre, 2014 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Croyances | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

«La doctrine sur les anges n’est pas fantaisiste. Non, c’est la réalité ! Nous avons tous un ange qui nous protège et nous aide à comprendre les choses », a dit le pape François à l’occasion de la fête des anges gardiens, célébrée par les catholiques tous les 02 Octobre. En 2012, l’ex Pape Benoit XVI disait : « La présence invisible de ces esprits bienheureux nous est une grande aide, et d’un grand réconfort ». Bien longtemps avant lui, Saint Bernard s’exprimait dans le même sens : « Nous leur devons beaucoup d’affection pour leur bienveillance et les faveurs que nous recevons de leur charité. »

La clé du succès

Lors de sa messe quotidienne donnée dans la petite chapelle résidentielle, le pape François lancé cette interrogation pour prouver l’existence des anges : «combien de fois n’avons-nous pas entendu cette voix intérieure nous dire : « dois-je le faire ? Je ne devrais pas le faire, ce n’est pas bon, soies prudent … ». Cette voix est celle de notre compagnon de voyage.

Le pape a invité celles et ceux qui souffrent et n’arrivent pas à sortir du « filet de la malédiction » à se poser la question suivante : «comment est ma relation avec mon ange gardien? Dois-je l’écouter? Est-ce que je lui dis bonjour tous les matins? Est-ce que je lui demande de veiller sur moi quand je dors?… »

Pour le pape François, nul ne doit se sentir seul, même dans l’adversité. « Pas un seul voyageur ne devraient penser qu’il est seul sur terre », a-t-il dit.

La peur du risque

Plusieurs études scientifiques ont montré que les personnes qui ont une croyance dans l’existence d’un ange protecteur sont à une échelle sociale plus élevée que les sceptiques.

Angels ChildrenLa dernière étude en la matière suggère que ceux qui pensent vivre sous la protection d’un ange ont tendance à prendre moins de risques et à vivre une vie moins aventureuse. Cette étude menée par David Etkin, professeur des catastrophes et gestion des situations d’urgence à l’Université de York, Canada, a porté sur le lien entre la croyance et les comportements à risque.

«Nous supposions que la croyance dans les esprits de gardiennage diminuerait la perception du risque et donc augmenterait les comportements à risque. En effet, à priori, cette croyance devrait pousser les gens à prendre plus de risques, parce qu’ils se sentent protégés. Mais, nos résultats indiquent clairement que ceux qui croient aux anges gardiens éprouvent une aversion à l’égard des risques », a déclaré le Professeur Etkin.

Sur les 198 personnes que Monsieur Etkin et son équipe ont interrogées pour réaliser cette étude, 68% ont indiqué que leur croyance affecte la façon dont ils prennent des risques. Une majorité claire (80%) a affirmé son aversion à prendre des risques, contrairement aux non-croyants.

«Nous pensons que ceux qui croient à l’ange gardien utilisent cette croyance comme un mécanisme d’adaptation pour faire face à leur peur et l’anxiété que suscitent les risques générés par la société», a expliqué David Etkin.

Notis©2014


Étiquettes : , , , ,