La fin de la réincarnation du Dalaï Lama ?
Publication : 14 septembre, 2014 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Croyances | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Dans une entrevue parue dans le journal allemand, Welt am Sonntag, l’actuel Dalaï Lama a affirmé ses convictions sur la pérennité du poste de « leader tibétain ». Selon lui, le titre et la fonction de Dalaï Lama prendront fin à sa mort. En d’autres termes, il serait le dernier Dalaï Lama sur terre. Il a rejeté l’idée d’un bouddhisme despotique. « Le bouddhisme tibétain ne peut pas dépendre d’une seule personne », a-t-il affirmé. Le ministère chinois des Affaires étrangères a réagi par un communiqué disant : « La Chine poursuit une politique prônant la liberté de la religion et des convictions. Cela implique naturellement le respect et la protection des moyens de transmission du bouddhisme tibétain. Le titre de dalaï-lama est conféré par le gouvernement central, qui a des centaines d’années d’histoire. Le 14ème dalaï-lama a des arrière-pensées ; il cherche à fausser et nier l’histoire, ce qui est préjudiciable à l’ordre normal du bouddhisme tibétain ».

Le Dalaï Lama actuel, le 14ème de l’histoire, de son vrai nom Tenzin Gyatso, mène depuis longtemps un combat contre la Chine qui  a envahi le Tibet en 1959. C’est à cette date qu’il a fui le Tibet pour aller créer un gouvernement indépendant en exil à Dharamsala, en Inde.

Le leader tibétain estime que Beijing cherche à contrôler les bouddhistes tibétains est en s’impliquant dans le processus de sélection de la réincarnation des moines bouddhistes. En 1995, par exemple, le dalaï-lama nommé un garçon vivant au Tibet, Gedhun Choekyi Nyima, comme la réincarnation du précédent Panchen Lama, le deuxième chiffre le plus élevé dans le bouddhisme tibétain. Mais les Chinois ont mis immédiatement ce garçon en résidence surveillée et installé un autre successeur, Gyancain Norbu, à sa place. Aujourd’hui encore, alors que la Chine insiste sur le fait que Gyancain Norbu est le légitime successeur du poste, de nombreux bouddhistes tibétains ne le reconnaissent pas. Gedhun Choekyi Nyima, le garçon choisi par le dalaï-lama, a été vu pour la dernière fois en public le 17 mai 1995.

De nombreux Tibétains craignent que la Chine utilise la question de la succession de l’actuel Dalaï Lama, qui est âgé de 79 ans, pour créer un autre schisme entre les bouddhistes tibétains et accroitre son pouvoir sur le Tibet.

C’est pour éviter cette nouvelle emprise que le Dalaï Lama a pensé à des solutions de rechange sur les procédures traditionnelles de succession. Alors que la Chine dit qu’il est de tradition que le successeur du dalaï-lama soit un enfant de sexe masculin né au Tibet, il a mis sur la table une série d’options, y compris l’idée que son successeur ne soit pas encore né ou qu’il pourrait s’agir d’une femme. Il a également émis l’idée qu’il serait le dernier de la lignée et donc la disparition du poste de Dalaï Lama. Renonçant à son rôle politique officiel au sein du gouvernement tibétain en exil, en 2011, il a déclaré que la succession ne doit pas être utilisée à des fins politiques. « Gardez à l’esprit, a-t-il dit, qu’en dehors de la réincarnation reconnue par des méthodes légitimes, aucune reconnaissance ou acceptation doit être donnée à un candidat choisi à des fins politiques par tous, y compris la République populaire de Chine ».

Notis©2014


Étiquettes : , , , , ,