Le Loup de Wall Street
Publication : 16 août, 2014 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Management, R.H. | Commentaire(s) (Un commentaire)

«Le Loup de Wall Street», film réalisé par Martin Scorcèse, présente une image enivrante et finalement pathétique du marché boursier. On y voit des hommes d’affaires sans vergogne gruger d’honnêtes citoyens, les faisant signer des contrats viciés et affichant grossièrement  leurs biens mal-acquis. L’acteur Leonardo DiCaprio interprète Jordan Belfort, le tristement célèbre ex-gourou de Wall Street qui a construit une fortune colossale, grâce à des pratiques peu recommandables (délit d’initié, blanchissement, évasion fiscale…) avant d’être condamné à 22 mois en prison et au remboursement des sommes escroqués à ses victimes. La prestation de DiCaprio peut paraitre excessive, voire caricaturale. Cependant, il faut reconnaître qu’elle offre quelques pistes pour réussir dans les affaires.

1. Aller au charbon

Après avoir débuté sa carrière dans un grand cabinet de courtage, Mr Belfort décide de créer lui-même sa propre boite, dans une petite ville. Sans hésiter il décide de construire une nouvelle vie à partir de rien. Il met de coté sa fierté et ses acquis. Pour donner l’exemple, Il fait tomber la veste, retrousse les manches de sa chemise et appelle lui-même les clients.

2. Vivre sa passion

La passion de Belfort pour l’argent est à la hauteur de son manque de scrupule.  DiCaprio a le mérite de montrer que la passion précède la réussite. En d’autres termes, pour réussir dans toute activité, il faut avoir foi dans ce qu’on fait. Certes, Jordan Belfort est un délinquant de haute volée, mais l’énergie qu’il déploie dans le travail ne laisse personne indifférent, y compris le procureur de la république.

3. Conclure des contrats

Lorsque Monsieur Belfort décroche le téléphone pour une affaire, il ne raccroche pas tant que l’accord n’est pas signé par son interlocuteur. Et il pourrait vendre n’importe quoi à quelqu’un qu’il connait à peine.  C’est cet art de tisser une relation de confiance que l’acteur principal magnifie merveilleusement dans ce film.

4. Miser sur le potentiel

Belfort ne lésine pas sur les moyens pour attiser les rêves les plus fous de ses collaborateurs. Ce sont, pour la plupart, des gens qui manquent d’expérience et ne connaissent pas grand-chose au métier de courtier en bourse. Mais Belfort n’a qu’un seul objectif : exploiter leur soif de reconnaissance. Il constitue ainsi une «meute de loups» prêt à tout pour décrocher des contrats de vente de valeurs mobilières. Sa technique de recrutement est simple : accorder la priorité à des gens qui ont le potentiel de la réussite plutôt qu’à ceux qui sont pourvus de CV impressionnants. Sa technique de formation est aussi simple : transmettre ses connaissances en donnant des instructions de manière à ce que même les employés les plus stupides puissent facilement les comprendre.

5. Fidéliser le personnel

Belfort n’hésite pas à soutenir un collaborateur dans la difficulté. Il donne une seconde chance à ceux qui se sont trompés de chemin. Surtout, il  récompense les plus méritants. Cette disponibilité qui confine à la proximité, voire la sollicitude, vise à favoriser la camaraderie au sein du groupe et la fidélisation du personnel. C’est un objectif primordial vers lequel devrait tendre tout chef d’entreprise.

Notis©2014


Étiquettes : , , , , , , ,