Maria Sugarpova
Publication : 30 juin, 2014 > par Mary Mazur | Catégorie(s) : Economie, Santé, Sport | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Maria Sharapova, née le 19 avril 1987, athlète féminine la plus riche du monde, est depuis 2012 à la tête d’un business très « sucré » qu’elle a monté avec sa propre fortune. Lors de l’US Open de 2013, la belle Maria a temporairement changé son nom de famille en « Sugarpova » afin de promouvoir sa «ligne de bonbons de luxe ». Le 16 juin 2014, le salon de sucrerie, « Le Sugarpova », a été ouvert dans le quartier de ​​Wimbledon (Londres). La boutique vend aux fans de tennis venus assister aux championnats, une large palette de friandises.

Ce nouveau coup de raquette commercial de la star du tennis mondial coïncide avec la publication d’un rapport qui recommande une réduction drastique de la consommation de sucre ajouté. Un projet de rapport élaboré par un Comité consultatif scientifique sur la nutrition dit que le sucre ne devrait pas représenter plus de 5% de la consommation d’énergie chez une personne. Un rapport précédant parlait, lui, de fixer la barre à 10%.

Lire aussi : Obésité, cancers et autres…

Le professeur Tom Sanders, qui consacre sa vie à la recherche sur le diabète, a déclaré: «Je trouve inacceptable et répréhensible le soutien des célébrités sportives aux aliments malsains tels que les bonbons et les boissons gazeuses. L’utilisation des vêtements sportifs pour promouvoir les cigarettes a été interdite il y a près de 30 ans. Aujourd’hui, il est temps de réprimer la publicité d’aliments malsains. Je voudrais voir une interdiction pure et simple des personnalités sportives étant impliqués dans la publicité ou le marketing de sucre, les boissons sucrées, confiseries et les chips. L’approbation des célébrités a un impact énorme sur les ventes destinées aux jeunes, qui sont les sujets les plus exposés à l’obésité ».

Lire aussi : Fiscalité contre obésité

Les propos tenus par Kawther Hachem, un nutritionniste militant contre la malbouffe, sont de la même veine : « La cause sous-jacente de l’obésité et beaucoup d’autres maladies, c’est à l’alimentation. Les bonbons sucrés ne doivent pas être associés au championnat de Wimbledon, un point c’est tout! « .

Max Eisenbud, l’agent de Sharapova, jure que « Le Sugarpova » n’est pas destiné aux enfants : « le but ou le marketing de nos produits n’est pas ciblé vers les enfants …. C’est assez cher. Je ne pense pas que les enfants viennent ici pour acheter du Sugarpova, je pense qu’ils achètent d’autres types de bonbons. Nous ne ciblons pas les enfants, nous ne l’avons jamais fait. Évidemment nous n’interdisons pas formellement aux enfants de l’acheter, mais nous ne les ciblons pas non plus (…) « .

Notis©2014


Étiquettes : , , , , ,